•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les religieuses hospitalières de Saint-Joseph déménagent

Deux religieuses en train de prier à l'église.

Il ne reste 39 Religieuses hospitalières Saint-Joseph à Vallée Lourdes.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Radio-Canada

La Ville de Bathurst tournera bientôt une page importante de son histoire : les religieuses hospitalières de Saint-Joseph à Vallée Lourdes, de moins en moins nombreuses, déménageront bientôt dans un nouvel édifice en construction.

L'édifice, qui a déjà logé plus de 80 religieuses, n'en compte plus que 39, et celles-ci ont en moyenne 84 ans.

Comme il n’y a plus personne qui entre et que le nombre de soeurs diminue, cette maison ici devient trop grande, explique une des religieuses, soeur Bertille Beaulieu.

Le 1er novembre, elles déménageront donc dans une annexe en construction sur le terrain de la Résidence Le Royal, au centre-ville de Bathurst.

Le nouveau bâtiment en construction.

Le bâtiment qui hébergera les religieuses est toujours en construction, mais devrait être prêt pour le 1er novembre.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

La tendance maintenant dans les communautés c'est d'avoir des promoteurs qui reçoivent les soeurs dans leur maison. Évidemment, elles vont payer les services, mais elles ne sont plus propriétaires.

La propriété des Religieuses hospitalières est donc à vendre au prix de deux millions de dollars. Le terrain inclut 62 acres qui longent la rivière Tetagouche, explique le directeur des opérations des religieuses hospitalières de Saint-Joseph, Jacques Ouellet.

Trois groupes locaux sont fortement intéressés, assure-t-il, mais les religieuses souhaitent que les futurs propriétaires ne s'éloignent pas trop de leur mission première. Ça peut être un centre communautaire, ça peut être un foyer également, précise Jacques Ouellet.

Une longue histoire

Soeur Bertille Beaulieu appréhende le jour où elle devra mettre la clé sous la porte. Pour cause, l’édifice a une longue histoire.

C'est un deuil, ça faut l'admettre. Je pense que c'est une difficulté qui fait partie de la vie, comme les gens qui vendent leur maison, qui doivent aller dans un foyer de soins.

Bertille Beaulieu
La soeur Bertille Beaulieu dans son bureau.

La soeur Bertille Beaulieu appréhende le jour où elle devra mettre la clé sous la porte.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Les premières Religieuses hospitalières de Saint-Joseph sont arrivées au Nouveau-Brunswick en 1868 et se sont installées à Bathurst, dans le nord du Nouveau-Brunswick, quelques décennies plus tard.

En 1931 on commence la construction du sanatorium qui deviendra le foyer de soins Notre-Dame de Lourdes, raconte Bertille Beaulieu.

À cette époque, leur rôle principal était de soigner les patients atteints de tuberculose. Elles ont toutefois toujours eu la double vocation de soignantes et d’enseignantes. Nous avions un Hôtel-Dieu et un orphelinat à l’origine qui est devenu un pensionnat pour les garçons et les filles, explique la religieuse.

L'affiche de l'entrée du bâtiment des religieuses à Bathurst, dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Les religieuses hospitalières de Saint-Joseph ont vécu dans le même bâtiment depuis environ 70 ans.

Photo : Radio-Canada / François Vigneault

Cet édifice, construit il y a près de 70 ans, accueillait à une certaine époque les jeunes filles qui voulaient devenir religieuses. Les jeunes soeurs qui voulaient entrer en communauté avaient leur formation ici, se rappelle la religieuse qui est elle-même passée par là. Donc la maison ici, c'était la maison provinciale et le noviciat en même temps.

L'édifice abrite aussi les archives des différentes communautés des Religieuses hospitalières de la province. Alors que les religieuses changeront de domicile, cette imposante documentation sera bientôt acheminée aux Archives provinciales à Fredericton.

Avec les informations de François Vigneault

Nouveau-Brunswick

Croyances et religions