•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Pourquoi les femmes font-elles moins de vélo que les hommes?

Une femme circule à vélo dans la rue.

Au Canada, seulement 34 % des cyclistes sont des femmes (archives).

Photo : Getty / Getty images/ Yurio Kadobnov

Rose St-Pierre

À travers le pays, elles ne représentent pas plus du tiers des cyclistes. Ce qui explique la faible proportion des femmes à vélo? Le sexisme, la répartition des tâches domestiques et des infrastructures dangereuses, selon les experts.

Nicole Noël se déplace fréquemment à vélo pour se rendre au travail. Le sexisme à vélo, elle l’a vécu dès l’achat de sa bicyclette.

Le type de vélo que je voulais, c’est un vélo facile à enfourcher, même avec une robe. Je voulais un panier. Des employés masculins de la boutique de vélos m’ont regardée comme si j’étais folle et ont tenté de me vendre un vélo de montagne à la place, se rappelle-t-elle. Sans compter qu’ils ne répondaient pas directement à mes questions, mais dirigeaient leurs réponses vers mon mari!

Une femme est photographiée devant des vélos.

Nicole Noël est une habituée du vélo et se rend fréquemment au travail à bicyclette.

Photo : Radio-Canada / Marine Lefèvre

Et les obstacles à l’utilisation d’une bicyclette pour les femmes sont nombreux, selon Nicole Noël. Il y a tellement de raisons pour lesquelles les femmes font moins de vélo que les hommes, souligne-t-elle.

Au Canada, les femmes représentent 34 % des cyclistes seulement, une réalité qui se reflète dans chaque ville et province au pays.

Graphique cyclistes selon le genre.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Cyclistes selon le genre

Photo : Radio-Canada / Cam Gauthier

Sécurité et infrastructures

La cycliste rencontre un véhicule qui effectue un virage dans sa direction.

Une femme à vélo traverse une intersection (archives).

Photo : Radio-Canada

Dans son étude sur le genre et le vélo, l’étudiant à la maîtrise en affaires publiques et internationales à l’Université de Montréal Stéphane Van de Maele suggère que la préoccupation envers le manque de sécurité encadrant le transport à vélo est l’un des principaux facteurs qui découragent les femmes à utiliser ce moyen de transport.

Les femmes ont tendance à employer les routes et les infrastructures qui leur permettent de faire du vélo là où il y a moins d’automobilistes, écrit-il.

À l’inverse, les hommes ont tendance à préférer un trajet plus direct entre le point de départ et le lieu d’arrivée, même s’ils doivent passer par des chemins plus dangereux.

C’est aussi ce qu’a observé Carolyn Whitzman, professeure de planification urbaine à l’Université de Melbourne et chercheuse en genre et planification urbaine à l’Université d’Ottawa.

Une femme sourit à la caméra, photo professionnelle

Carolyn Whitzman, professeure de planification urbaine à l’Université de Melbourne et chercheuse en genre et planification urbaine à l’Université d’Ottawa

Photo : Gracieuseté de Carolyn Whitzman

Selon elle, les femmes seraient plus conscientes des risques et des dangers liés au cyclisme, une disparité accentuée lorsqu’une ville ne compte pas suffisamment d’infrastructures sécuritaires favorisant le vélo. Les femmes et les hommes n’évaluent pas du tout le risque de la même manière, soutient-elle.

On apprend aux femmes qu’elles doivent se protéger et que beaucoup de personnes dépendent d’elles. [...] Elles ont donc une conscience différente du risque.

Carolyn Whitzman, professeure de planification urbaine à l’Université de Melbourne et chercheuse en genre et planification urbaine à l’Université d’Ottawa

La professeure cite en exemple le nombre de femmes et d’hommes sur les pistes cyclables. Autant de femmes que d’hommes utilisent les pistes cyclables [...] mais presque seulement des hommes circulent sur des routes achalandées, des circuits considérés comme plus dangereux, note Mme Whitzman.

Objectif des déplacements

Deux sacs sont disposés de part et d'autres du guidon, encadrant un panier en osier.

Une femme porte des sacs d'épicerie sur le guidon de son vélo (archives).

Photo : Getty Images

En plus des infrastructures disponibles, les types de déplacement et leurs objectifs diffèrent entre les hommes et les femmes.

Les femmes ont souvent la responsabilité d’amener leurs enfants à l’école. [...] Quand les pistes cyclistes ne sont pas sécuritaires, ou les trottoirs, les femmes et les enfants sont forcés d'utiliser la voiture, note la cycliste Nicole Noël.

Les arrêts multiples et la prise en charge des enfants découragent l’utilisation du vélo comme mode de transport, avance Stéphane de Maele. Le fait de quitter le travail pour ensuite passer au supermarché puis aller chercher ses enfants à la garderie avant de rentrer à la maison est un trajet plus simple à faire en voiture qu’en vélo, rapporte-t-il.

Le parcours des femmes est plus compliqué, résume la chercheuse Carolyn Whitzman, un trajet quotidien qui témoigne des tâches et des responsabilités qui sont traditionnellement réservées aux femmes.

Obligations vestimentaires

La piétonne marche sur le trottoir entourée d'autres passants.

Une femme de dos se tient en face d'une rue achalandée d'un centre-ville (archives).

Photo : iStock / monzenmachi

Dans son texte Portrait de femmes en cyclistes ou l’invention du féminin pluriel, Anne-Marie Clais suggère que l’invention de la bicyclette, il y a plus de 100 ans, a agi en « fauteur de trouble » dans des sociétés encore inégalitaires, forçant entre autres le port du pantalon pour les femmes cyclistes.

La faible part de cyclistes femmes tient-elle toujours à des obligations vestimentaires? Selon Nicole Noël, les exigences liées à la tenue professionnelle pour les femmes ne sont toujours pas compatibles avec les déplacements à vélo pour plusieurs.

Plusieurs de mes collègues [femmes] me l’ont mentionné : elles feraient plus de vélo si elles ne se sentaient pas forcées de respecter certains critères concernant leur apparence au travail, suggère-t-elle.

Dans nos sociétés, on associe le vélo à un sport. On pense qu’on aura chaud. Qu’on devra pédaler vite. J’ai dû repenser certaines de ces idées pour rendre mon parcours à vélo plus adapté à mes déplacements au travail, ajoute-t-elle.

L'homme croise un autre cycliste sur la piste, le long d'une rue.

Un cycliste circule sur une piste cyclable (archives).

Photo : Radio-Canada / Carl Boivin

C’est ce que croit aussi la professeure Carolyn Whitzam, puisque les attentes entre les femmes et les hommes concernant la tenue vestimentaire et l’apparence diffèrent encore, même un siècle après l’invention et la démocratisation de la bicyclette, selon elle.

Et pour rendre les déplacements en vélo chose du commun, il faudra repenser nos villes en fonction de la diversité des personnes qui y habitent et qui s’y déplacent, note Mme Whitzam.

On parle des femmes et des hommes, mais réellement, ce qu’on observe, c’est un manque de diversité [considérées lors de la conception des infrastructures], note-t-elle.

Tout est mesuré pour un utilisateur mâle en santé, ajoute Mme Whitzam. Il faut regarder nos infrastructures en fonction de beaucoup d’autres perspectives, parce que nous ne sommes pas tous les mêmes.

Windsor

Égalité des sexes