•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jean Charest parle de rénover l'État québécois

Le premier ministre du Québec a averti les militants libéraux réunis en conseil général, en fin de semaine, à Laval, de se préparer au changement.

Les militants libéraux du Québec sont réunis en fin de semaine à Laval pour un conseil général de trois jours. Près de 200 manifestants, essentiellement des travailleuses en garderies, ont accueilli samedi matin les participants. Le gouvernement Charest doit dévoiler au cours des prochaines semaines ses décisions en ce qui concerne les services de garde. La Coalition pour l'universalité des services de garde exige la poursuite du développement du réseau public des garderies à 5 $, sans modification du coût pour les parents.

Le ministre de la Santé du Québec, Philippe Couillard, a promis samedi matin de rendre le réseau de la santé plus transparent et d'assurer une meilleure accessibilité des soins en langue anglaise. Philippe Couillard promet entre autres que les citoyens pourront bientôt consulter les listes d'attente des hôpitaux sur Internet.

Le ministre souhaite que les patients puissent choisir d'être opérés ailleurs lorsque le temps d'attente qui leur est imposé par un établissement n'est plus médicalement acceptable. Le ministre Couillard a expliqué que la réduction des listes d'attente en chirurgie et le désengorgement des salles d'urgence demeurent ses priorités. Il a aussi rappelé que son gouvernement nommera prochainement un commissaire à la santé, qui agira comme un vérificateur général.

Vendredi soir, le premier ministre Jean Charest a indiqué que la réingénierie de l'État québécois promise par les libéraux durant la campagne électorale allait se réaliser au cours des prochains mois. «Préparez-vous pour le changement», a martelé M. Charest dans son allocution marquant l'ouverture du premier conseil général du Parti libéral depuis l'élection du 14 avril.

Le premier ministre Charest a passé en revue les changements qui se préparent, tels que la réforme en santé et en éducation, la baisse des taxes et d'impôts, l'apport accru du secteur privé, la décentralisation poussée en faveur des régions ou la création du gouvernement en ligne. Le gouvernement en place «respecte la parole donnée. (...) On est en train de rénover l'État québécois. Alors, oui on va toucher à beaucoup de choses», a-t-il promis.

Toutefois, M. Charest n'a pas précisé les détails des changements proposés par son gouvernement. Il n'a non plus pas évoqué la question des défusions municipales, ni celle des garderies à 5 $.

M. Charest prononcera une autre allocution dimanche matin pour clôturer le conseil général. Au cours de la fin de semaine, les militants libéraux se pencheront sur une quarantaine de résolutions, dont une quinzaine portent sur l'environnement.

Le grand absent: Pierre Paradis

Pierre Paradis est le grand absent de ce conseil général, une première en 23 ans. Le député de Brome-Missisquoi se tient loin des libéraux depuis que le premier ministre a choisi de ne pas l'inviter à faire partie de son cabinet. Dans une entrevue exclusive au réseau TVA, il a d'ailleurs posé un regard critique sur les cinq premiers mois du gouvernement Charest. Il a dit avoir remarqué peu de changements depuis l'élection du PLQ.

Pierre Paradis reconnaît que son avenir est plutôt incertain au PLQ. Il songe à faire le saut sur la scène fédérale après avoir reçu un appel du premier ministre Jean Chrétien. On lui aurait aussi proposé de songer à la magistrature.

Tous les programmes revus d'ici le 30 septembre

Une note confidentielle du Conseil du trésor obtenue par le quotidien La Presse révèle que le secrétariat du Conseil du trésor invite tous les ministres à passer en revue, d'ici au 30 septembre, tous les programmes et toutes les structures de leur ministère respectif, avec pour objectif une diminution considérable des missions de l'État. Dans ce texte intitulé Révision des structures de l'État et des programmes gouvernementaux dans le cadre de la réingéniérie de l'État québécois, aucune structure, aucun programme ne sont exclus de la révision, même établis par la loi constitutive des ministères.

Comme M. Charest l'a répété à maintes reprises, la démarche vise à recentrer le rôle du gouvernement sur ses quatre missions essentielles : la santé, le savoir, la prospérité et la sécurité. L'opération vise l'augmentation de la productivité du gouvernement, la déréglementation de la prestation des services et l'ouverture aux partenariats, que ce soit avec les municipalités, les organismes communautaires ou l'entreprise privée. Une fois la réforme complétée, l'État n'offrira des services de qualité que si ce service s'inscrit dans une des missions essentielles.

D'ici la fin du mois de décembre, le Conseil du trésor devra avoir complété les «plans ministériels de réingéniérie» pour permettre le début de «l'opération des crédits détaillés» dès janvier 2004. La directive prévoit aussi que les «mesures structurantes» identifiées devront commencer à se traduire dans les budgets dès l'exercice 2004-2005.