•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une guignolée estivale pour regarnir les tablettes des banques alimentaires

Des tablettes de la Banque alimentaire Memphrémagog sont vides. Il manque de conserves de sauce tomates, de tomates broyées et bien plus.

Certaines tablettes de la Banque alimentaire Memphrémagog sont vides.

Photo : Radio-Canada / Marie-Hélène Rousseau

Radio-Canada

Sur les tablettes de la Banque alimentaire Memphrémagog, il n'y a plus de conserves de thon ni de jambon. Les lentilles et le maïs sont aussi des denrées rares, sans parler des produits de soins personnels. Comme près d'un service d'aide alimentaire sur deux au Québec, l'organisme n'est plus en mesure de répondre à la demande. Du 25 juin à la fin juillet, les citoyens sont donc invités à faire preuve de générosité dans le cadre de la guignolée estivale des médias.

Les Québécois sont donc invités à verser des dons en argent pour aider les comptoirs alimentaires à regarnir leur inventaire . Ils sont invités à composer le mot REPAS au 20 222 pour un don de 10 $.

L’été, c’est une période très difficile pour nous, explique l’intervenante à la Banque alimentaire Memphrémagog, Nancy Pelletier. Il nous manque de tout. De Noël à aujourd’hui, tout ce qu’on avait amassé a complètement disparu.

Plus de 560 familles de la région dépendent des services de l’organisme. L’arrivée des vacances pour des milliers d’écoliers du Québec signifie également une diminution de l’accès à l’aide alimentaire. Plus du tiers des ménages desservis par les Banques alimentaires du Québec ont des enfants.

En plus de ces familles, on va fournir des collations pour les enfants des camps de jour par exemple. Donc, notre inventaire est souvent à la baisse durant la période estivale, d’où l’importance de la guignolée, souligne Nancy Pelletier.

À l’approche de la grande valse du déménagement du 1er juillet, les réfrigérateurs sont bien souvent vides.

Il y a des coûts importants lors d'un déménagement. Ça ne veut pas dire qu'une famille aura un frigo dans leur nouvel appartement. Il faut donc des pâtes, des sauces, du gruau, ça permet de tenir avant d'avoir un nouveau frigo dans la cuisine. C'est une réalité que les gens vivent et que ceux qui peuvent donner ne voient pas, explique la coordonnatrice de la guignolée pour l'Estrie et le Centre-du-Québec, Claudine Roussel.

Une demande croissante

D’année en année, les besoins des banques alimentaires ne vont pas en diminuant, rappelle l’intervenante.

 De plus en plus, on a davantage de demandes temporaires. Ce sont des familles qui ont besoin d’aide deux ou trois fois. Ils sont ensuite capables de se remettre sur leurs pieds. Dans la dernière année, on a reçu davantage, mais on en a aussi desservi plus. 

À Moisson Estrie, les tablettes sont au tiers de leur capacité maximale. Lors de la guignolée estivale, il est aussi possible de faire un don en argent chez Provigo, Maxi et Jean Coutu ou encore d'apporter directement les denrées aux banques alimentaires de sa municipalité.

Estrie

Alimentation