•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Michel Cadotte ne fera pas appel de sa peine

M. Cadotte dans les corridors du palais de justice.

Michel Cadotte, le jour du prononcé de sa peine, en mai dernier.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

Reconnu coupable de l'homicide involontaire de son épouse, Michel Cadotte ne fera pas appel de la peine d'emprisonnement de deux ans moins un jour qui lui a été infligée.

La nouvelle est tombée mardi. Le directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) n'interjettera pas appel non plus dans cette affaire.

Au cours de son procès, M. Cadotte avait avoué avoir étouffé sa femme âgée de 60 ans. Jocelyne Lizotte était atteinte de la maladie d'Alzheimer.

Le drame s'est déroulé le 20 février 2017 au centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Émilie-Gamelin, à Montréal, où résidait Mme Lizotte.

Un an auparavant, Michel Cadotte avait appris que son épouse n'était pas admissible à l'aide médicale à mourir, parce qu'elle ne pouvait pas y consentir et qu'elle n'était pas considérée comme étant en fin de vie.

Au cours du procès, les avocats de la défense ont plaidé que l'accusé était en dépression et qu'il n'en pouvait plus de voir sa femme souffrir depuis neuf ans. La Couronne, en revanche, a fait valoir que Michel Cadotte comprenait la portée de ses gestes et qu'il avait l'intention de tuer son épouse.

Le principal intéressé a finalement été reconnu coupable le 23 février dernier.

« Le message doit être clair »

Trois mois plus tard, la juge Hélène Di Salvo lui a imposé une peine de deux ans et 204 jours d’emprisonnement.

Comme l’accusé avait déjà été détenu préventivement durant 205 jours, il purge une peine de deux ans moins un jour dans un centre de détention provincial. Si la peine avait dépassé deux ans, il aurait dû se rendre dans un pénitencier fédéral.

Lors du prononcé de la peine, la juge Di Salvo avait déclaré : Bien que M. Cadotte ne soit pas une personne criminalisée ni violente [...] le message doit être clair.

Elle avait toutefois évoqué des circonstances « aussi tragiques que tristes, pathétiques et uniques ».

Selon la juge, le procès de Michel Cadotte a été propulsé au premier rang de l’actualité judiciaire parce qu'il était partie prenante d'un débat de société portant à la fois sur l’aide médicale à mourir, les CHSLD, les aidants naturels et la maladie d’Alzheimer.

Avec les informations de Geneviève Garon

Procès et poursuites

Justice et faits divers