•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du fumier à la caisse populaire de Hauterive

Les employés grévistes de la caisse populaire de Hauterive devant les sacs de fumier.

Les employés grévistes de la caisse populaire de Hauterive devant les sacs de fumier.

Photo : Gracieuseté d'Alain Therrien.

Radio-Canada

Le Syndicat régional des salariées des Caisses Desjardins de la Côte-Nord–CSN a déposé 600 livres de fumier de mouton devant la caisse populaire de Hauterive. Le geste d'éclat s'inscrit dans le cadre de la grève illimitée qui dure depuis début mai à l'institution financière de Baie-Comeau.

Dans son communiqué parsemé de jeux de mots, le syndicat explique vouloir cultiver un règlement fertile et souhaiter un retour rapide et fertile à la table de négociation.

Symboliquement, on a mis une vingtaine de poches de fumier de mouton pour bloquer l’accès à la caisse, explique David Bergeron-Cyr, président de la fédération du commerce de la CSN.

Le but de cette action-là, c’était de symboliser le fait que la négociation, ça n'a pas de bon sens en ce moment, ajoute-t-il.

Outre son aspect symbolique, le syndicat espère que ces poches de fumier viendront renforcer la ligne de piquetage et découragera les clients de pénétrer dans la Caisse, maintenant gérée par du personnel non syndiqué.

Une porte d'entrée bloquée par des sacs de fumier et des rubans de sécurité.

Les employés ont bloqué l'accès à la caisse populaire.

Photo : Gracieuseté d'Alain Therrien.

L'employeur veut négocier

De son côté, Martin Beaulieu, directeur général de la caisse populaire de Hauterive déplore les actions des grévistes qui empêchent l’accès des membres aux guichets automatiques et aux services de la succursale.

M. Beaulieu explique qu’en raison des piquets de grève et de la barricade mise en place à l’entrée, la succursale est fermée aujourd’hui.

Le directeur général explique que les employés de plusieurs autres caisses sont parvenus à s’entendre avec l’employeur.

Il affirme être prêt à poursuivre les négociations et d’attendre la prochaine convocation du conciliateur du ministère du Travail.

Les employés de la caisse populaire de Hauterive, à Baie-Comeau, sont en grève illimitée depuis le début mai. Le syndicat parle d’une grève défensive et craint la perte de certains acquis.

Selon le syndicat, aucune date n’est prévue pour une future rencontre avec l’employeur. M. Bergeron-Cyr réclame une négociation de bonne foi et reproche à l’administration de la caisse de faire la sourde oreille.

Côte-Nord

Syndicalisme