•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeune homme disparu : autre journée de recherches infructueuses à Pont-Rouge

Un hélicoptère de la Sûreté du Québec en vol

Un hélicoptère de la Sûreté du Québec a de nouveau survolé la rivière Jacques-Cartier, lundi.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Le jeune homme de 23 ans qui a disparu dans la rivière Jacques-Cartier, à Pont-Rouge, samedi, demeure introuvable. Pour une troisième journée consécutive, des policiers de la Sûreté du Québec et des bénévoles ont sillonné les berges de la rivière, lundi, à la recherche d’indices, mais en vain.

De nombreux membres de la famille du disparu ont participé à la battue.

Je suis arrivée ce matin pour être avec la famille. Encourager… On espère le retrouver… pour sa mère. C'est horrible ce qui arrive, a confié une tante du jeune homme.

Le baigneur n’a pas été revu depuis qu’il a sauté dans la rivière Jacques-Cartier en début d’après-midi, samedi, alors qu’il s’amusait avec des amis.

Un hélicoptère de la Sûreté du Québec a de nouveau survolé la rivière, lundi, et plusieurs policiers ont parcouru les berges de la rivière à bord de véhicules tout-terrains.

Des recherches actives, surtout du côté des plongeurs, qui ont été héliportés ce matin dans le secteur de l'île aux Raisins avec leur équipement afin d’effectuer des plongées dans un secteur qu’ils ont identifié comme plus probable en survolant hier en hélicoptère, précise la porte-parole du corps policier Hélène Nepton.

La rivière Jacques-Cartier

Le jeune homme a disparu dans la rivière Jacques-Cartier.

Photo : Radio-Canada / Guillaume Croteau-Langevin

Secteur à risque

Selon Michel Laliberté, un résident de Pont-Rouge qui possède une terre près de la rivière, plusieurs accidents sont survenus près de l’île aux Raisins. Il se souvient notamment d’une noyade s’étant produite lorsqu’il était jeune.

Dans le secteur de l'île aux Raisins, il y a des gros remous qui se forment et dans les gros remous, il y a des trous qui se créent. Quand les remous se font, la personne reste [coincée] puis redescend dans le fond, explique-t-il.

Sur les berges de la rivière Jacques-Cartier, plusieurs ont profité du beau temps pour prendre un bain de soleil. Les événements des derniers jours semblent toutefois avoir sensibilisé les baigneurs aux risques de l’endroit.

Bien, c'est sûr que là, on a plus peur... On fait plus attention, reconnaît Mathieu Lehoux. La dernière fois, il y avait beaucoup plus de courant puis on sautait pareil parce qu'on ne pensait pas... mais là, on fait plus attention, c'est sûr!

Les recherches pour tenter de retrouver l’homme de 23 ans doivent reprendre mardi.

Avec les informations de Léa Beauchesne et Pascal Poinlane

Québec

Disparition