•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Obtenir son 5e dan au karaté à 76 ans

Un homme effectue un coup de pied vers le haut. Il porte un habit de karaté ainsi que sa ceinture noire.

Guy Auclair a commencé la pratique du karaté kenpo il y a 30 ans, mais il s'est intéressé aux arts martiaux bien avant ça, dans les années 60.

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Radio-Canada

Ses collègues du Studio Unis, de Lac-Saint-Charles, le surnomment « papa ninja » ou « grand-papa ninja », parce qu’à 76 ans, Guy Auclair demeure toujours un passionné de karaté. Récemment, il a franchi le cap vénérable du cinquième dan de la ceinture noire.

L’examen pour réussir ce grade a demandé au septuagénaire une longue préparation physique et mentale.

Pour mon âge, c’est de la fierté, affirme Guy Auclair. Mais je n’ai jamais pensé aux ceintures, ça n’avait pas d’importance.

L’athlète participe à au moins deux cours de karaté par semaine, dans le style kenpo, en plus de s’entraîner à la maison.

Entraîneur au Studio Unis, David Bossinotte souligne que lors de l’examen au niveau provincial pour les quatrième et cinquième dan, Guy Auclair était le plus vieux du groupe. Celui qui pratique cet art martial depuis 24 ans indique ne jamais avoir travaillé avec d’autres karatékas qui surpassent l’âge de M. Auclair.

L'entraîneur souligne qu’une des grandes qualités du karatéka de 76 ans est sa régularité. Avant l’examen [pour le cinquième dan], il venait quatre fois par semaine.

C’est un exemple, il veut toujours avancer, il ne s’est jamais plaint de rien.

David Bossinotte, entraîneur
Deux hommes pointent un bâton de bois vers la caméra. Ils portent des habits de karaté.

L'entraîneur David Bossinotte (à gauche) affirme ne jamais avoir rencontré un cinquième dan de 76 ans avant Guy Auclair (à droite).

Photo : Radio-Canada / Nicole Germain

Guy Auclair est menuisier et ébéniste de profession. Il a commencé les arts martiaux dans les années 1960 et s’est mis au karaté kenpo il y a une trentaine d’années.

C’est bon pour la mémoire

Outre le fait que le karaté le garde en santé et en forme physique, Guy Auclair estime que la pratique de cet art martial lui permet d’exercer sa mémoire. 

On doit toujours pratiquer pour ne pas oublier, précise-t-il. Si on ne pratique pas, on oublie et il faut recommencer et on a toujours des nouvelles affaires à apprendre.

Le karaté pour moi, c’est pour la vie.

Guy Auclair

Sur le plan physique, Guy Auclair s’est rendu au niveau le plus élevé qu’il pouvait atteindre dans le style kenpo. Ensuite, précise David Bossinotte, il pourra recevoir des honneurs, allant jusqu’au niveau 10. Ces niveaux représentent des engagements de la part des ceintures noires dans la pratique de leur art martial.

Pour Guy Auclair, l'important, c'est de vivre une journée à la fois, sans mettre l'accent sur les ceintures à obtenir ou les niveaux à atteindre. Il admet que s’il ne faisait pas du karaté, il ferait autre chose, puisque l’activité physique, c’est important pour lui. 

À la retraite depuis une dizaine d’années, il n’est toutefois pas près de mettre fin à ses entraînements de karaté.

Avec les informations de Nicole Germain

Arts martiaux

Sports