•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une mère frustrée de ne pouvoir faire circoncire son fils à l'Île-du-Prince-Édouard

Une mère et son bébé.

Arielle MacDonald est découragée de devoir sortir de la province pour avoir accès à un service qu'elle trouve essentiel pour son fils de cinq mois, Liam.

Photo :  CBC

Radio-Canada

Une mère se sent frustrée de devoir se rendre à l’extérieur de l’Île-du-Prince-Édouard pour que son fils puisse être circoncis.

Arielle MacDonald aimerait donner les meilleures chances dans la vie à Liam, son bébé âgé de cinq mois.

La mère craint que son fils ne développe des problèmes d’infections urinaires chroniques, une affection courante dans sa famille maternelle depuis des générations.

C’est pourquoi elle tente désespérément de trouver un médecin sur l’île qui serait disposé à pratiquer la circoncision à titre préventif.

Je suis enragée de ne pas pouvoir obtenir la chirurgie dans ma propre province.

Arielle MacDonald, mère
Un bébé âgé de cinq mois.

Liam, âgé de cinq mois.

Photo :  CBC

Après avoir déployé des efforts considérables pour obtenir la circoncision à l'Île, la jeune femme s’est faite à l’idée qu’elle et son conjoint devront sortir de la province.

On lui a dit que son mari et elle devront se rendre à Fredericton, au Nouveau-Brunswick, pour faire circoncire leur fils.

Le prix de cette procédure, qui doit être payée par les parents, sera de 625 $. À ce montant s’ajouteront les frais de déplacement, de l’hôtel, des repas, de l’essence et toutes les autres dépenses associées à leur voyage.

Les parents devront aussi prendre quelques jours de congé sans salaire.

Ça ne me dérange pas de devoir payer pour la procédure, ce qui me dérange, c’est de ne pas pouvoir la faire dans ma propre province, indique la mère.

Les parents sont aussi inquiets du retour à la maison. Ils craignent que des complications ne surviennent durant les quatre heures de route qui suivront la chirurgie et devront préparer un plan au cas où quelque chose arrive.

Quand une circoncision est faite, tu dois surveiller les saignements et l’infection régulièrement. Donc tu dois vérifier sa couche toutes les demi-heures, explique la mère.

La province de l’Île-du-Prince-Édouard confirme qu’elle n’a pas de registre permettant de retracer les médecins qui offrent ce service dans la province. Elle ne peut donc pas aider les parents dans cette situation.

Dans une réponse à CBC, le ministère de la Santé de l’Île-du-Prince-Édouard précise qu’il respecte les recommandations de la Société canadienne de pédiatrie, qui conseille de ne plus circoncire les garçons.

La décision de pratiquer ou non une circoncision n’est pas la responsabilité des médecins de façon individuelle. Le ministère de la Santé n’aide pas les patients à accéder à de telles procédures, peut-on lire dans la réponse du gouvernement.

Selon les renseignements de CBC

Nouveau-Brunswick

Services publics