•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rassemblement et identité vecteurs de la Fête nationale au Témiscamingue

Le drapeau fleurdelisé sur un mat

La présidente des OUI Québec, l'ancienne syndicaliste Claudette Carbonneau a prononcé le discours d'ouverture en matinée.

Photo : iStock

Lise Millette

Sous les drapeaux bleu et blanc, la petite marina de Notre-Dame-du-Nord au Témiscamingue a tenu sa soirée de la Fête nationale. Alors que les groupes se succédaient sur la scène et que les activités d'animation s'enchaînaient, les participants portaient un discours de rassemblement populaire et d'affirmation identitaire.

Invité à prononcer le discours patriotique, le curé des paroisses du secteur nord du Témiscamingue, Rénal Dufour, s'est montré philosophe avant de monter sur la tribune devant les festivaliers.

Comme nation, nous avons à nous rappeler que nous sommes tous des immigrants, ma famille est arrivée ici en 1691: qu'est-ce que c'est comparé aux 8000 ans de la tradition algonquine. Une fête nationale c'est une occasion de se redire quelques repères de l'identité, a-t-il commencé.

À l'instar du thème de 2019 "Un monde de traditions", pour certain, il s'agit d'une journée qui prend ses racines dans les coutumes familiales.

La Saint-Jean-Baptiste c'est une fête dont on se rappelle dans notre enfance, mais c'est aussi de se voir et c'est rattaché à nos origines françaises, a commenté Albert Bergeron.

C'est une fête de famille, mais aussi de grande famille. Une famille de 8 millions, quelque chose comme ça. C'est pour moi l'occasion de se retrouver avec notre identité, plutôt qu'une imposée, a mentionné Denis Carrier, résident de Notre-Dame-du-Nord.

C'est une occasion de se retrouver et pour un village de se réunir, a affirmé Rose Henri.

Pour sa part, Denise Marcoux, de Nédélec, se fait un devoir d'assister à la Fête nationale.

Je suis toujours présente, c'est la Fête nationale de tous les Québécois et ce que j'aime surtout, c'est quand il y a des artistes et qu'on chante le Québec.

Le maire de Notre-Dame-du-Nord, Nico Gervais, a quant à lui tabler sur le côté patriotique de cette journée, mais surtout souligné qu'il s'agit d'un événement rassembleur.

Abitibi–Témiscamingue

Culture