•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un médecin winnipégois apprend l'opération de réassignation sexuelle aux États-Unis

Un jeune homme blond à lunettes, dans un salon.

Dr Peters est motivé par son propre vécu. « En grandissant en tant que personne LGBT, c’est difficile de se faire entendre, de faire valoir ses intérêts et ses droits », dit-il.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dr Blair Peters de Winnipeg poursuit actuellement une formation d'opération chirurgicale de changement de sexe aux États-Unis. Lorsqu’il reviendra au Manitoba, les habitants de la province n'auront plus besoin de voyager à Montréal pour obtenir cette intervention.

L'opération chirurgicale de réassignation sexuelle est d’une grande complexité, et requiert souvent bon nombre d'interventions. Pour les patients du Manitoba qui sont envoyés à Montréal par Santé Manitoba, cela veut dire plusieurs allers-retours.

Le Dr Peters, récemment diplômé en opération chirurgicale plastique à l’Université du Manitoba, veut mettre un terme à cette situation. Il part en juillet à Saint Louis, au Missouri, pour apprendre l'intervention du bas du corps.

Lors de sa résidence médicale, le Dr Peters a effectué une centaine d’opérations chirurgicales du haut du corps sur des patients en transition. C’est à ce moment-là qu’il s'est rendu compte du besoin d’un médecin au Manitoba pour faire des interventions chirurgicales du bas du corps.

La bourse R. Samuel McLaughlin/Manitoba Medical Service Foundation pour la recherche en médecine de 75 000 $ a été décernée au Dr Peters.

Lorsqu’il termine à Saint Louis, il ira à Portland pour conclure sa formation au Oregon Health and Sciences University, le chef de file en chirurgie de réassignation sexuelle en Amérique du Nord.

Le Dr Peters est motivé par son propre vécu. En grandissant en tant que personne LGBT, c’est difficile de se faire entendre, de faire valoir ses intérêts et ses droits, dit-il.

J’ai rencontré beaucoup de gens de cette communauté. Quelle meilleure façon de se faire une carrière que gagner sa vie en traitant ta propre communauté? Je ne peux pas imaginer une chose plus gratifiante.

Sous le scalpel sans ses proches

Quand Ethan Belcourt a pris l’avion pour Montréal afin d’obtenir un changement chirurgical de sexe dans le cadre de sa transition de femme à homme, il s’est senti seul.

Le Winnipégois transgenre de 49 ans n’avait ni ami ni famille pour le soutenir lorsqu’il a subi une opération chirurgicale dans une clinique privée en novembre dernier.

C’est dur parce que tu laisses ton système de soutien [...] et ça coûte trop cher d'emmener quelqu’un, confie-t-il.

Un homme légèrement barbu, souriant.

Ethan Belcourt, un Winnipégois transgenre de 49 ans n’avait ni ami ni famille pour le soutenir lorsqu’il a subi une intervention chirurgicale dans une clinique privée à Montréal en novembre dernier.

Photo : Radio-Canada

Ethan Belcourt doit encore subir deux interventions chirurgicales. Après l’une de ses opérations, il a eu des complications médicales. Il dit avoir eu du mal à obtenir des soins adéquats à Winnipeg.

C’est difficile, car ton médecin qui connaît les opérations et tes antécédents médicaux n’est pas ici, affirme-t-il.

Première vaginoplastie en 20 ans à Toronto

Le Dr Peters explique que le manque de chirurgiens spécialisés en réassignation sexuelle se fait sentir d’un bout à l’autre du pays. Jusqu’à la semaine dernière, dit-il, les patients devaient aller à Montréal ou quitter le pays pour cette intervention chirurgicale.

Or, la semaine dernière, des médecins de l'Hôpital Women's College à Toronto ont effectué la première vaginoplastie en 20 ans dans cette province. Cette opération chirurgicale permet de construire un vagin pour les patients en transition d’hommes à femmes.

Le gouvernement de la Colombie-Britannique a promis d’offrir cette intervention chirurgicale aux patients transgenres dans cette province au courant de l’année.

Avec les informations d'Austin Grabish, CBC News

Manitoba

Santé