•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Mexique redouble d'efforts pour arrêter les migrants se dirigeant aux États-Unis

Une jeune fille pleure pendant qu'un agent de la garde nationale mexicaine regarde ses papiers.

Une jeune fille du Nicaragua a été arrêtée avec sa mère alors qu'elles tentaient de traverser la frontière entre le Mexique et les États-Unis.

Photo : Reuters / Jose Luis Gonzalez

Radio-Canada

Les autorités mexicaines ont redoublé d'efforts ce week-end pour dissuader les migrants de traverser le Mexique pour se rendre aux États-Unis en en détenant une centaine dans le sud du pays et en stationnant des gardes nationaux le long du Rio Grande dans le nord.

À Arriaga, une ville de l’État du Chiapas, une centaine de migrants ont été emmenés dimanche en détention dans des autobus, tandis qu'une télévision locale a rapporté que 146 autres ont été interpellés dans une maison privée dans l'État central de Querétaro. Plus de 100 autres ont également été emmenés d'un hôtel dans l'État de Veracruz.

Sous la pression des États-Unis, le gouvernement mexicain a déployé quelque 6000 agents de la Garde nationale, sa nouvelle force de police militarisée, le long de ses frontières sud et nord ce mois-ci.

À Ciudad Juárez, juste au sud d'El Paso, au Texas, les gardes nationaux ont renvoyé des migrants qui tentaient de traverser la frontière pendant le week-end. Les gardes ont patrouillé le long du Rio Grande avec des fusils d’assaut.

La fonction de ces brigades est d'essayer d'éduquer et d'empêcher les personnes qui sont à risque [de traverser], a déclaré Luis Mario Dena Torres, représentant du gouverneur de l'État de Chihuahua à Ciudad Juárez.

Trois personnes attendent que des agents de la garde nationale vérifient leurs papiers.

Des membres de la garde nationale mexicaine ont intercepté des migrants cubains qui tentaient de se rendre aux États-Unis par Ciudad Juarez.

Photo : Reuters / Jose Luis Gonzalez

Certains Mexicains s'inquiètent cependant de la situation.

La Garde nationale, en théorie, ne devrait pas réprimer ceux qui veulent traverser vers les États-Unis, a déclaré Isabel Sanchez, coordinatrice d'un groupe de Ciudad Juárez préoccupé par la sécurité et la justice sociale.

Méfiance envers les migrants

Toutefois, l’application plus stricte de la loi en matière d’immigration trouve du soutien dans l’opinion publique mexicaine.

Ce sont des êtres humains et ils ont besoin d’aide, mais le Mexique arrive à peine à employer des Mexicains.

Rogelio Perez, un comptable d'Arriaga

Dans un récent sondage du journal El Universal, plus de la moitié des Mexicains interrogés ont déclaré que les autorités ne devraient pas permettre aux migrants d’entrer dans le pays et que ceux qui étaient interceptés sans visa au Mexique devraient être expulsés.

De leur côté, les résidents d’Arriaga ont exprimé un mélange de préoccupation pour les migrants, qu’ils ont pris l’habitude d’accueillir, et de soulagement, voyant que les autorités cherchent à contrôler le flux de migrants.

En tant que résident, vous avez parfois de la méfiance parce qu’avec le peu qu’ils ont, ils pourraient essayer de nous voler ou de nous faire quelque chose, présente Rogelio Perez.

Depuis janvier, le Mexique a détenu plus de 74 000 migrants et en a expulsé plus de 53 000, selon les derniers chiffres disponibles.

Ces chiffres devraient augmenter lorsque les données pour juin seront publiées.

Avec les informations de Associated Press

Politique internationale

International