•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Bromois adoptent un bout de chemin pour mettre un terme à la pollution

Deux hommes vêtus d'un dossard posent, l'un d'eux tient un petit caniche dans les bras

Marc Pelletier (gauche) est l'homme derrière l'initiative.

Photo : Radio-Canada / Natacha Lavigne

Radio-Canada

Une vingtaine de résidents du Lac-Brome en avait assez de voir des détritus traîner sur le bord de la route, ils se sont alors inspirés de nos voisins du sud et ont « adopté » un bout de chemin. Ils veillent donc au nettoyage du tronçon qu'ils ont choisi et espèrent maintenant étendre l'initiative à la grandeur de la municipalité.

Le projet est à la recherche de plus de bénévoles, aussi appelés les « ambassadeurs ».

Marc Pelletier, un citoyen engagé, est derrière l’initiative. Il raconte que l’idée lui est venue, alors qu’il était à un rassemblement en l’honneur du Jour de la Terre avec quelques amis, en avril.

Ç’a fait un déclic, parce que j’ai vu depuis des années l’initiative Adopt-a-highway aux États-Unis.

Marc Pelletier, citoyen à l'origine de ce mouvement

Gobelets à café, plastique, pneus, paquets de cigarettes et même des canettes de bière… Ce sont-là des déchets trop souvent récoltés, d’après les bénévoles.

Je le fais pour l’environnement, pour éviter la contamination de l’eau souterraine, pour le futur et les enfants, telles sont les motivations qui ont poussé Yves D’Aoust à adopter une parcelle de chemin.

La collecte se déroule en toute sécurité. En effet, la municipalité leur a offert son soutien en leur distribuant des dossards, de manière à ce que les bénévoles soient visibles.

Quand tu marches et vois tout ça sur la rue, ce n’est pas propre, ce n’est pas normal, d’enchaîner la bénévole Gabrielle Saint-Pierre.

Monsieur Pelletier estime qu’un peu moins de 10% des routes et chemins du Lac-Brome sont actuellement couverts.

Estrie

Mobilisation citoyenne