•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alexandra Labbé élue à la mairie de Chambly

Une femme sourit.

Alexandra Labbé, de Démocratie Chambly, a été élue mairesse de la municipalité de la Montérégie, le 23 juin 2019.

Photo : Facebook / Alexandra Labbé

Alexis Gacon

L'ancienne conseillère municipale de Démocratie Chambly Alexandra Labbé a été élue mairesse de Chambly, dimanche, lors d'une élection partielle visant à remplacer Denis Lavoie, qui avait démissionné en avril dernier pour des raisons de santé.

Mme Labbé a obtenu 4836 votes et a facilement devancé Marcel Bouchard (854 votes) et Fodé Kerfalla Yansané (286 votes).

En plus de l'élection partielle à la mairie, deux sièges de conseiller étaient en jeu : ceux des districts 3 et 8. Les candidats de Démocratie Chambly ont été élus.

Dans le district 3, Marie-Lise Desrosiers (478 votes) a devancé Marc Bouthillier (168 votes) et Lucie Girard (153 votes).

Dans le district 8, Julie Daigneault (416 votes) a eu le dessus sur Caroline Auger (230 votes) et Steeves Demers (209 votes).

Les derniers mois ont été particulièrement mouvementés à Chambly. Les comportements de leur ancien maire Denis Lavoie ont été exposés dans un reportage du magazine Enquête, montrant des cas d’intimidation. Et après avoir observé des défaillances de gestion, la Commission municipale du Québec a fini par mettre la ville sous tutelle en février.

Les citoyens de Chambly interrogés demandent tous la même chose : que la nouvelle administration apporte de la transparence à la tête de la ville.

La ville était bien administrée. Il y a eu le cas spécifique du maire. Ça a terni notre image. On veut une meilleure transparence et une atmosphère un peu plus sérieuse à la tête de la ville que ce qui est paru dans les journaux.

Luc Morel, citoyen de Chambly

Le dossier du golf retient l'attention des électeurs

Parmi les enjeux qui ont retenu l’attention des électeurs, celui de l’ancien terrain de golf est cité à plusieurs reprises quand on les interroge. La montée des thématiques environnementales dans l’opinion publique semble également avoir joué un rôle.

De nombreux électeurs ne veulent pas d’un développement immobilier sur ce terrain. C’est le cas de Luc Morel, qui venait de glisser son bulletin dans l’urne. « Je pense que c’est un enjeu important parce que des espaces verts, on n'en a pas assez, celui-ci est majeur pour cette partie de la ville », soutient l'électeur.

Le terrain de golf, 26 hectares de verdure situés entre les villes de Carignan et de Chambly, a été fermé en 2010. La partie du terrain située à Chambly est zonée récréative par la Ville, mais résidentielle de haute densité selon le schéma d’aménagement de la MRC de la Vallée-du-Richelieu. En 2018, la Ville a tenté une transition vers le zonage résidentiel prévu par la MRC, mais la proposition avait été rejetée par les citoyens.

Grand Montréal

Politique municipale