•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une semaine en Toscane avec Louis St-Cyr

Paysage vallonneux de la Toscane, avec au premier plan une partie d'un vieux bâtiment de pierre et une terrasse sur laquelle on trouve deux grandes tables et des chaises protégées par un grand auvent.

Louis St-Cyr et sa famille ont séjourné dans cette ancienne maison de ferme, lors d'un voyage en Italie où ils ont passé une semaine en Toscane.

Photo : Louis St-Cyr

Radio-Canada

Louis St-Cyr, Liette Préjet et leurs enfants, Sara et Philippe, qui étaient alors adolescents, ont séjourné en Italie durant l’été 2015 et passé une semaine en Toscane. « C’est une expérience que nos enfants ont vraiment adorée et, nous, on a vraiment profité de nos vacances avec eux. »

Dans le cadre d'une série web qui présente des Manitobains en voyage, Louis St-Cyr raconte la dolce vita en Toscane.


Propos recueillis par Sylviane Lanthier

On avait plusieurs amis qui étaient passés par l’Italie. C’était sur notre bucket list et c’était aussi la première fois qu’on amenait les enfants à l’extérieur du Canada, à part le Mexique.

On avait épuisé les endroits du Canada qu’on voulait voir, on était allés partout, des îles de la Madeleine à Tofino. On avait voulu attendre qu’ils soient plus vieux pour les amener en Europe, et à cet âge-là, quand ils avaient 13 et 16 ans, ça valait la peine.

Une cour intérieure avec des fleurs.

Cour intérieure de la maison où Louis St-Cyr et sa famille ont séjourné pendant une semaine en Toscane.

Photo : Louis St-Cyr

Se préparer

On avait trois semaines et, donc, on se disait : essayons d’en voir le plus possible. C’est un peu ce qui a guidé notre séjour.

Moi, je suis un rechercheux sur le web. J’aime ça, avant de partir, voir où on a envie d’aller. Je suis aussi un planifieux; on avait tout réservé à l’avance.

Et, comme on n’aime pas les hôtels, on utilise le site VRBO.

VRBO pour Vacation rental by owner, j’adore. J’ai réservé tout ce voyage avec ça.

Visiter : le charme des régions plus éloignées

On aime voyager, mais on aime les petits endroits.

On a adoré Rome. Quand tu vas à Rome et que tu marches autour du Colisée, c’est quelque chose. Philippe se souvient de tout, il a vraiment aimé ça. Les enfants ont adoré et nous, on a vraiment eu du plaisir avec eux.

On a passé trois jours à Rome, mais, en même temps, pour moi, c’est aussi dans les petits villages, les régions éloignées que ça se passe.

Tu atterris dans les grands centres et tu pars de là le plus vite que tu peux.

On avait prévu quatre jours dans les Cinque Terre, mais on en a fait trois et c’était assez. C’est magnifique, mais aussi très touristique.

Cela vaut plus la peine de rester longtemps sur la côte amalfitaine. C’est un des plus beaux endroits au monde!

Vue du village à partir de l'océan, avec un petit voilier au premier plan.

Positano est un village à flanc de montagne sur la côte amalfitaine, dans le sud de l’Italie.

Photo : Louis St-Cyr

Plan de vacances

  • Semaine 1 : Venise, Cinque-Terre et Rome
  • Semaine 2 : la Toscane, ses villages et Florence; location d’une voiture pour cette semaine
  • Semaine 3 : Rome et la côte amalfitaine

Se loger : un accueil formidable

À Rome, j’avais trouvé un super appartement avec deux chambres à coucher au Vatican. On ne connaissait pas Rome, et le propriétaire de l’appart qu’on louait est venu nous chercher à la gare.

Quel accueil!

Il y a ce beau grand monsieur à moustache qui ne parlait pas un mot d’anglais, mais qui a amené sa petite-fille avec lui pour qu’on puisse communiquer.

En Toscane, je suis tombé sur cette superbe maison.

Une vieille maison de ferme avec un escalier extérieur en pierre, et une cour fleurie.

On peut trouver des renseignements en ligne sur la propriété Borgo Dei Fondi louée par Louis St-Cyr.

Photo : Louis St-Cyr

Le prix était très raisonnable. C’est une maison de ferme vieille de plus de 200 ans, au bout d’un rang, mais à 15 minutes de Sienne, dans la Toscane profonde, avec des cyprès. Et les gens! Encore une fois, le propriétaire est une espèce d’excentrique super gentil, avec qui on est restés en contact d’ailleurs. On a eu un super bel accueil avec une belle bouteille de vin qui nous attendait.

Sur la côte amalfitaine, on a habité à la Casa Celeste, c’est comme un gîte. La dame avait 88 ans, elle était à moitié aveugle, elle nous faisait des croissants frais le matin avec du café et des fruits. On se sentait chez grand-maman!

Point de vue sur la ville et sur la mer à partie de deux fenêtres ouvertes.

À Positano, le vue de la Casa Celeste donne sur la montagne et la mer.

Photo : Louis St-Cyr

Voyager et se faire des amis

En Toscane, on s’est pris d’amitié avec des Bretons, Bruno et Marie, qui séjournaient avec leur fille à la maison de ferme où on logeait. La maison était divisée en trois appartements.

Il y avait aussi Linda et Allistair, des gens de Cambridge, en Angleterre.

On partait chacun de notre côté le jour et, de temps à autre, le soir, on se faisait des bouffes dehors et chacun amenait quelque chose. J’avais l’impression d’être dans un film de Fellini!

Ces repas à l’extérieur, avec la nappe blanche sur la table, et ce paysage de la Toscane... Le bonheur, c’est les gens que tu rencontres.

Paysage de la Toscane.

La vie est douce en vacances, en Toscane.

Photo : Louis St-Cyr

Bruno et Marie ont une maison d’été à Saint-Briac, et ils nous ont dit : « Venez, venez, venez », alors on est allés. Les Britanniques ont une maison dans le sud de la France, à Hérépian, et ils nous l’ont louée aussi.

L’année qui a suivi notre voyage en Toscane, on a donc visité Marie et Bruno en Bretagne, puis on est allés près de Montpellier, dans un petit village au milieu de nulle part, la petite maison rose adorable. Et on a revu des gens avec qui on avait bu du prosecco en Toscane!

Les meilleurs souvenirs de tous ces beaux voyages, c’est les gens. Marie et Bruno, on souhaite de tout coeur qu’ils viennent nous visiter un jour.

Sillonner la Toscane dans une petite Fiat

Une voiture arrêtée sur le bord d'une route.

Cette voiture est la Fiat louée par Louis St-Cyr, avec laquelle il a sillonné les routes de la Toscane.

Photo : Louis St-Cyr

Le village de Sienne est assez central en Toscane. De là, tu peux aller à Florence.

On avait loué une petite Fiat. Il y a des routes super cutes, de petites routes où tu roules tranquillement, tu regardes, c’est vallonneux, c’est beau, et là, oups! tu tombes sur ces beaux villages à flanc de montagne.

Le village de Montepulciano a été un de nos coups de coeur.

À 15 minutes de chez nous, au bout d’un autre rang, il y avait un resto. Tout était en plein air, la cuisine, le feu de bois. Les gens du coin vont manger là, ça ne coûtait rien! Manger une bonne pizza sur le four à bois et prendre un verre de vin du producteur juste à côté. C’est fantastique, on est assis dehors à une table avec une belle petite nappe, et les Italiens sont là. On est les seuls touristes, et ils sont contents qu’on soit là, mais en même temps it’s no big deal. On y est allés deux fois!

Un homme travaille près d'un four à bois.

Dans ce resto en plein air, la cuisine au four à bois est au centre du menu.

Photo : Louis St-Cyr

4 constats sur la Toscane

  • Louer une voiture est utile pour la mobilité que ça apporte.
  • Avoir un pied-à-terre. Un endroit où revenir tous les soirs, c’est utile et agréable.
  • Se laisser du temps pour improviser. Être organisé, mais pas trop non plus. Se laisser le temps de continuer sur la route quand il y a plus de GPS, être curieux, c’est aussi important.
  • Parler aux gens. C’est là qu’on te dit : « Va là, va voir ça, va manger là. » On n’est pas gênés, Liette et moi, parler aux gens, ça permet de faire des rencontres.

La Toscane, j’ai hâte d’y retourner. Mais le prochain voyage, ce sera le Portugal.

Manitoba

Tourisme