•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Refonte d’Investissement Québec : des élus espèrent une structure décentralisée

Gens marchant sur le trottoir devant des restaurants et bars du centre-ville de Trois-Rivières, le 27 septembre 2017

Centre-ville de Trois-Rivières

Photo : Radio-Canada

Catherine Bouchard

Les élus de la Mauricie et du Centre-du-Québec se réjouissent des nouveaux bureaux régionaux d’Investissement Québec. Ils souhaitent toutefois que ces nouvelles structures de développement économique en région soient le plus décentralisées possibles.

Le gouvernement de François Legault a annoncé la semaine dernière sa refonte d'Investissement Québec. Désormais, 17 régions administratives de la province auront un bureau régional.

Plus de personnel et de fonds seront ainsi disponibles.

La ministre déléguée au Développement économique régional, Marie-Eve Proulx, souligne vouloir favoriser le capital de risques et l'exportation des entreprises en région.

Dans chaque bureau d’Investissement Québec qui sera aménagé, des agents du ministère de l’Économie seront présents pour accompagner les entrepreneurs dans le démarrage ou l'expansion d'entreprises.

Il y aura également un comité de développement dans chacune des régions qui va conseiller au niveau des investissements, pour s’assurer que les investissements respectent les spécificités de chacune des régions, indique la ministre.

La députée de Côte-du-Sud assure qu’un financement supplémentaire découlera de cette réforme, en énumérant notamment la bonification d'un milliard de dollars au programme annoncé lors du dernier budget.

Dans ma tournée des régions dans les derniers mois, [j'ai compris que] les entrepreneurs se font souvent dire de s’en aller à Montréal ou de s’en aller aux États-Unis ou ailleurs au Canada s’ils veulent du soutien. Ça, c’est inacceptable. Ce qu’on veut dorénavant, c’est que l’accompagnement de haut niveau, l’accompagnement spécialisé puissent se faire en région et c’est ce qu’on va amener avec cette réforme d’Investissement Québec, martèle Mme Proulx.

Favoriser les structures locales

Pour combler le vide laissé par l’abolition des Centres locaux de développement (CLD), dont le mandat était d’accompagner les entrepreneurs dans toutes les sous-régions du Québec, la plupart des municipalités régionales de comté (MRC) ont repris ce mandat, avec toutefois moins de financement et de ressources que la précédente structure.

Bien que les élus se réjouissent du financement supplémentaire, ils espèrent des structures de développement régional délocalisées, par MRC.

Depuis les dernières coupures, on a travaillé fort à se mobiliser, à travailler ensemble, à respecter chacun nos rôles. [...] Chez nous, on a fait un bon travail pour respecter le rôle et le mandat. Il ne faudrait pas que cette nouvelle instance-là vienne défaire le travail qui a été fait dans les dernières années, ce serait plutôt décevant, soutient la préfète de la MRC de Nicolet, Geneviève Dubois.

La ministre déléguée, pour sa part, se veut rassurante.

C’est une préoccupation qu’on a. Dans la prochaine année, on va réviser les façons de faire au niveau des MRC, assure Marie-Eve Proulx.

Une autre inquiétude des élus est que cette nouvelle structure n'inclut pas les fonds supplémentaires ajoutés dans les dernières années.

L'entrepreneuriat en Mauricie est extrêmement fort, surtout dans nos MRC. Ça commence au primaire. [...] On espère que tous les fonds disponibles dans le fonds de développement du territoire, le fonds d’aide au rayonnement des régions, il y a beaucoup de fonds disponibles et que ça puisse peut-être venir se rattacher au principe d’Investissement Québec, souligne le préfet de la MRC de Mékinac, Bernard Thompson.

Mauricie et Centre du Québec

Développement économique