•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À l'instar de Montréal, Gatineau et Ottawa vont-elles changer le nom de la rue Amherst?

Une signalisation indiquant la rue Amherst.

La rue Amherst à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Faut-il, à l'instar de Montréal, changer le nom de la rue Amherst à Gatineau et Ottawa? Les résidents sont mitigés sur ce changement, alors que les conseillers municipaux ne comptent pas agir rapidement.

Résident de la rue Amherst à Gatineau, Émile Demers voit d'un bon œil un éventuel changement.

Oui, ce n'est peut-être pas un élément très positif de notre histoire, souligne-t-il.

Je suis d'accord avec ça, c'est sûr. Il [Jeffery Amherst] a un passé trouble, renchérit Myreille Baron, qui habite aussi dans la rue.

La rue fait référence au général britannique Jeffery Amherst, surnommé le père de la guerre bactériologique pour avoir offert des couvertures infestées par la variole aux Autochtones. Vendredi, la mairesse de Montréal, Valérie Plante, a annoncé que désormais la rue Amherst deviendra officiellement la rue Atateken à la fin de l'été.

Certains résidents gatinois sont réticents de devoir faire un changement d'adresse auprès de bon nombre d'institutions.

Sylvain Allaire, lui, croit qu'il faut vivre avec notre histoire qu'elle soit bonne ou mauvaise. On ne peut pas la réécrire.

Des conseillers s'en remettent aux citoyens

Conseiller municipal du district du Manoir-des-Trembles-Val-Tétreau, Jocelyn Blondin ne s'oppose pas à ce changement, mais il souhaite que la demande vienne des résidents.

Si c'est une volonté des citoyens, des gens de Gatineau, on va les écouter. Et puis on prendra un vote en conséquence au conseil. Je ne suis pas contre ça, je n'ai pas de problème, explique-t-il, tout en précisant qu'il n'a pas eu de demande en ce sens.

Cédric Tessier, conseiller municipal du district de Hull–Wright, se dit personnellement favorable à ce changement. Il croit que c'est à la Ville d'expliquer le passé trouble de ce personnage historique, mais il n'a pas l'intention d'initier un mouvement en ce sens.

Pour que ça se fasse, il faut vraiment mettre la population dans le coup, notamment les résidents de la rue Amherst à Gatineau.

Cédric Tessier, conseiller municipal du district de Hull–Wright

Mais la Ville devrait être plus proactive, croit le président du mouvement Impératif français, Jean-Paul Perreault, qui à plusieurs reprises a demandé le changement de nom.

Ce qui est étonnant, c'est que ça n'ait pas encore été fait. Chaque journée qui passe, la Ville de Gatineau renouvelle son hommage à un criminel de guerre. C'est carrément inacceptable, juge M. Perreault.

Ottawa consulte les communautés autochtones

À Ottawa, il existe aussi le croissant Amherst, dans le quartier Barrhaven.

La Ville a confirmé dans un courriel qu'elle allait collaborer avec les communautés autochtones afin d'adopter une nouvelle politique concernant les noms commémoratifs.

Ce processus s’étalera sur 18 mois et comprendra une importante consultation communautaire. Après l’adoption de la nouvelle politique, les noms commémoratifs actuels pourraient être revus par souci d’uniformité, indique Nicole Zuger, gestionnaire de programme, Avancement des arts et Mise en valeur du patrimoine à la Ville d'Ottawa.

Avec les informations de Martin Robert

Ottawa-Gatineau

Politique municipale