•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les employés de la Sépaq portent le gilet noir et menacent de faire la grève

Les employés de la Sépaq sont en grève.

Les employés de la Sépaq sont en grève.

Photo : Radio-Canada / Dominic Martel

David Rémillard

Des employés syndiqués de la Société des établissements de plein air du Québec portent désormais le gilet noir sur leurs lieux de travail, aux quatre coins du Québec.

Sans contrats de travail depuis décembre, les employés de la Sépaqont commencé à afficher leur mécontentement.

Cette campagne de visibilité, lancée hier, s'accompagnait d'une offensive publicitaire dans les journaux.

Sépaq en grève?, peut-on y lire. Nous ne voulons pas de conflit de travail à la Sépaq cet été, mais si vous ne nous respectez pas, ce sera inévitable, ajoute-t-on.

Mandat de grève

Les syndiqués ont en poche un mandat de grève générale à déclencher au moment jugé opportun.

Un conflit de travail pourrait toucher les parcs, stations touristiques, campings et réserves fauniques gérés par la société d’État, et ce, en pleine saison estivale et en pleine période de pêche.

Le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec avait d'abord encerclé les fins de semaine de la Saint-Jean-Baptiste et de la fête du Canada, et les vacances de la construction.

La grève n'a finalement pas été déclenchée cette fin de semaine. Pas de grève pour la fête nationale parce que le gouvernement nous a entendus. On va s'asseoir cette semaine avec eux pour savoir quelle est l'offre monétaire, explique Christian Daigle, président du syndicat.

Rien n'est toutefois exclu, et la grève figure toujours parmi les outils à déployer.On va voir s'ils sont sérieux dans les négociations, ajoute M. Daigle.

Travailleurs saisonniers

La plupart des 2000 employés syndiqués de la Sépaqsont des travailleurs saisonniers ayant un salaire de 15 $ ou 18 $ l’heure.

Ils réclament une hausse substantielle de leur rémunération, mais aucun ordre n'est précisé. On va laisser ça à la table de négociations.

Les employés vont faire du quatre mois, du cinq mois, du dix mois pour certains s'ils sont chanceux. C'est très peu de gens qui travaillent à l'année, avec des salaires qui frôlent le salaire minimum , plaide M. Daigle.

La situation serait plus difficile pour les travailleurs dans les grands centres urbains où se trouvent des sites de la Sépaq.

La société d’État emploie des guides de chasse, des guides de pêche, des gardes-parcs ainsi que des préposés à l'accueil et des préposés aux terrains.

Québec

Relations de travail