•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une foule record au défilé de la Fierté de Toronto

Les spectateurs étaient nombreux dans les rues de Toronto.

Photo : La Presse canadienne / Andrew Lahodynskyj

Radio-Canada

Deux millions de personnes se sont massées le long du trajet du défilé de la Fierté de Toronto dimanche, selon les organisateurs. De nombreux politiciens ont participé au rassemblement. Une absence remarquée, toutefois, celle du premier ministre ontarien Doug Ford.

Plus de 200 chars allégoriques et groupes ont défilé dans les rues dans une atmosphère festive et sous soleil radieux.

L'événement était présidé cette année par la vedette des médias sociaux et militante transgenre Gigi Gorgeous.

À quelques mois des élections fédérales, les politiciens étaient au rendez-vous.

Le premier ministre salue la foule. Le drapeau canadien flotte derrière lui.

Le premier ministre Justin Trudeau a rappelé l’importance de la solidarité avec les membres de la communauté LGBTQ.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le premier ministre Justin Trudeau, qui marchait en tête de cortège au départ avec le maire de Toronto John Tory et d'autres dignitaires, a souligné que des politiciens de toutes allégeances prennent part avec fierté au défilé.

Il est important pour les jeunes qui pourraient nous regarder à la télévision de voir à quel point les leaders de ce pays sont là pour les appuyer, pour être des alliés.

Le premier ministre Justin Trudeau

Des ministres libéraux, dont Mélanie Joly et Chrystia Freeland, ont aussi pris part à l'événement, tout comme le chef néo-démocrate Jagmeet Singh et la chef du Parti vert Elizabeth May.

Le chef conservateur fédéral Andrew Scheer ne participait pas à l'événement.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, avait annoncé qu'il ne serait pas présent parce que les organisateurs n'ont pas permis aux policiers de participer au défilé en uniforme cette année encore.

La vice-première ministre et ministre de la Santé, Christine Elliott, a marché avec les membres de la délégation de Casey House, un centre qui offre des soins aux personnes atteintes du VIH/sida.

Sécurité accrue

Cette année, les organisateurs et la police avaient renforcé la sécurité, après des incidents survenus aux défilés de Hamilton et de Détroit.

Aucun problème important n'a toutefois été rapporté par les organisateurs du défilé torontois.

Samedi dernier, une confrontation physique avait éclaté lors de la fête de la Fierté de Hamilton, et plusieurs personnes avaient été légèrement blessées. Selon les enquêteurs, des individus liés au mouvement des gilets jaunes étaient impliqués.

Le conseil d’administration de Pride Hamilton a pour sa part déclaré que la manifestation était dirigée par des chefs religieux des États-Unis et du Canada, qui avaient délibérément décidé d’interrompre l'événement de manière haineuse.

La police de Hamilton a par ailleurs déclaré avoir procédé à une arrestation à la suite de ces altercations. Un homme de 33 ans de la région a été arrêté pour violation à la liberté conditionnelle.

D'autres suspects sont recherchés.

À Détroit, un peu plus tôt ce mois-ci, des manifestants ont gâché les festivités en s'y rendant avec des croix gammées.

La directrice générale de Pride Toronto, Olivia Nuamah, n'avait donc pas voulu courir de risques et avait décidé de renforcer la sécurité.

Une femme accorde une entrevue aux journalistes.

La directrice générale de Pride Toronto, Olivia Nuamah

Photo : Radio-Canada / Philippe de Montigny

Selon elle, il est assez courant que des groupes protestent en marge du défilé. Elle soutient que la rhétorique politique est devenue beaucoup plus enflammée ces dernières années et a laissé à certains l'espace pour exprimer leurs opinions anti-LGBTQ.

L'acceptation totale de la communauté LGBTQ2+ au Canada et dans le monde pose encore un important problème.

Olivia Nuamah, directrice générale de Pride Toronto

Mme Nuamah ajoute que c'est pour cette raison, précisément, que cet événement demeure une manifestation et non simplement une fête.

Toronto

Communauté LGBTQ+