•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une docteure crie honorée pour son travail auprès de sa communauté

Une femme tient dans ses mains un prix qui lui a été remis, et une plume blanche.

Dr Marlyn Cook est l'une des lauréates des prix Indspire qui honorent des Autochtones à travers le pays en reconnaissance de leurs réalisations.

Photo : Radio-Canada / CBC

Radio-Canada

Marlyn Cook, qui vit à Saint-Laurent au Manitoba, est la première femme autochtone diplômée en médecine de l’Université du Manitoba. Elle est honorée pour avoir œuvré en santé auprès de sa communauté.

Dr Marlyn Cook n’avait pas planifié oeuvrer dans sa communauté d’origine, la Première Nation crie Misipawistik, où elle est retournée travailler il y a six ans. Je ne pensais pas pouvoir revenir, parce que je croyais que ça allait être trop difficile de m’occuper des gens de ma famille. Et puis, c’est exactement ce qui m’a ramenée dans ma communauté, dit-elle.

Diplômée en médecine en 1987, Marlyn Cook est aujourd’hui parmi les 12 lauréats des prix Indspire.

Elle reçoit le prix dans la catégorie Santé en remerciement des nombreuses années consacrées au service des Premières Nations.

Elle s’est établie dans sa communauté d’origine après que trois de ses sœurs ont appris, en peu de temps, qu’elles avaient le cancer. Elle dit que cela l’a rapprochée de ses amis et de sa famille.

Ce n’est pas aussi difficile que je le pensais… mais ça le reste, puisqu’à peu près toutes les personnes avec qui je travaille sont de la famille.

Elle vit à Saint-Laurent, un village métis situé à 95 km au nord de Winnipeg. Pendant trois semaines chaque mois, elle est de garde à toutes heures du jour et de la nuit.

À ses yeux, le défi de santé le plus grand des membres de sa communauté est en lien avec les traumatismes du passé.

Quand les patients ont une douleur chronique, je leur parle du fait qu’ils pourraient souffrir sur les plans spirituel, mental, émotionnel, et on cherche d’autres moyens de faire face à la douleur qu’en prenant des opioïdes ou des narcotiques, dit-elle.

Marlyn Cook dit qu’il est souvent facile pour un médecin de rédiger des ordonnances. Elle encourage plutôt ses patients à se tourner vers des thérapeutes en santé mentale et des guérisseurs traditionnels pour améliorer leur bien-être.

Des études démontrent que ce qui aide le plus les gens à guérir, c’est de recourir aux aînés, aux cercles de guérison, aux cérémonies et aux activités traditionnelles en milieu naturel, dit-elle.

Dr Cook remercie ceux et celles qui ont bâti le programme menant à des études en médecine destinées aux étudiants autochtones, en 1979 : c’est à ce programme, dit-elle, qu’elle doit d’avoir été en mesure d’aider sa communauté.

De nos jours, les étudiants autochtones ont plus d’appui que jamais auparavant, mais des obstacles subsistent encore qui les empêchent de devenir médecins. Le plus grand défi, c’est encore le racisme, dit-elle. Les étudiants à qui je parle voient autant de racisme que j’en ai vu à mon époque.

Marlyn Cook a rédigé son autobiographie et espère trouver un éditeur.

La cérémonie de remise des prix Indspire a été télédiffusée le 23 juin à la télévision anglaise de Radio-Canada, et sur les ondes de CBC.

Avec des informations de Lenard Monkman

Manitoba

Autochtones