•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Important défilé de la fierté gaie sous surveillance policière à Kiev

Des hommes et des femmes brandissent des pancartes en forme de cœurs multicolores dans une rue de Kiev, en Ukraine.

Des participants au défilé de la fierté gaie à Kiev, en Ukraine

Photo : Reuters / Gleb Garanich

Radio-Canada

Des milliers de personnes ont participé dimanche à un défilé de la fierté gaie à Kiev, sous étroite surveillance policière, mais sans incident majeur malgré la présence de militants d'extrême droite et d'activistes religieux hostiles, a constaté une journaliste de l'AFP.

Arborant des drapeaux arc-en-ciel ou portant des tenues extravagantes, plus de 8000 personnes, selon les organisateurs, ont défilé sur de grandes artères du centre de la capitale ukrainienne.

Le défilé était encadré par un important cordon de policiers. Des dizaines de véhicules des forces de l'ordre avaient été déployés, ainsi que des gendarmes à cheval.

Près d'un millier de militants d'extrême droite et d'organisations orthodoxes ont tenté de perturber la manifestation et scandé des slogans agressifs. Ils ont été tenus à distance par la police, qui indique avoir arrêté neuf personnes.

« Nous sortons pour montrer que nous sommes nombreux et que nous avons un grand soutien. Car les valeurs démocratiques et les droits humains ne sont pas de vains mots pour la majorité des Ukrainiens », a affirmé à l'AFP Ruslana Panukhnik, la directrice de l'association KyivPride, qui organisait le défilé.

Des policiers surveillent le défilé devant une manifestante «drag queen» assise dans un autobus.

Le défilé, à Kiev, était sous étroite surveillance policière.

Photo : Getty Images / Genya Savilov

« L'Ukraine a fait un grand pas en avant. La sécurité était très bien assurée », s'est pour sa part réjoui Vitali, un homosexuel affirmant avoir été agressé lors d'une marche à Kiev en 2015.

Pour la première fois, un groupe d'une dizaine de militaires ouvertement LGBT et de vétérans du conflit dans l'est de l'Ukraine ont pris part au défilé.

Semen Sokha, un participant à la contre-manifestation, a dit à l'AFP vouloir « défendre les valeurs traditionnelles » pour empêcher « la tragédie de la baisse de la population ukrainienne ». « Nous ne devons pas propager une idéologie véhiculant la destruction de la famille et l'absence d'enfants », a-t-il soutenu.

Des slogans homophobes étaient inscrits sur des pancartes brandies par ces contre-manifestants.

L'homophobie est encore largement présente en Ukraine, mais les autorités pro-européennes, au pouvoir depuis 2014, sont déterminées à montrer leur tolérance, notamment en permettant la tenue de marches des fiertés, contrairement à la Russie voisine.

Il s'agissait du premier défilé LGBT ayant lieu en Ukraine depuis l'élection, en mai, de l'ex-comédien Volodymyr Zelensky au poste de président.

En juin 2018, l'événement avait rassemblé près de 5000 personnes à Kiev. La police avait alors arrêté plus de 50 manifestants d'extrême droite qui tentaient par la force d'empêcher le départ du défilé.

Communauté LGBTQ+

International