•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Kim Jong-un a reçu une « excellente » lettre de Donald Trump

Kim Jong-un assis à son bureau en train de lire une lettre.

L'agence de presse officielle nord-coréenne a fourni cette photo du dirigeant Kim Jong-un lisant la lettre écrite par le président américain Donald Trump.

Photo : Reuters / Agence de presse officielle nord-coréenne

Agence France-Presse

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un a reçu une lettre personnelle du président américain Donald Trump au contenu « excellent », a annoncé dimanche l'agence officielle nord-coréenne KCNA alors que les négociations entre les deux pays restent enlisées.

« Après avoir lu la lettre », Kim « a déclaré avec satisfaction que son contenu était excellent », a indiqué KCNA. « Marquant son appréciation pour la faculté de jugement politique et le courage extraordinaire du président Trump, Kim Jong-un a dit qu'il allait étudier avec attention son intéressant contenu. »

Le quotidien officiel nord-coréen Rodong Sinmun a publié en première page une photo de M. Kim dans son bureau lisant la lettre de M. Trump. KCNA n'a pas donné d'autres détails sur le contenu de la missive.

« Une lettre a été envoyée par le président Trump, et une correspondance est en cours entre les deux dirigeants », a indiqué dans un communiqué la Maison-Blanche.

La présidence sud-coréenne a aussi dit être au courant de l'existence du courrier.

Séoul « considère cela comme positif, dans la mesure où le dialogue entre le Nord et les États-Unis continue d'aller de l'avant au travers d'échanges de lettres au plus haut niveau », a indiqué la présidence.

La Chine au cœur des pourparlers

Le 11 juin, Donald Trump avait indiqué avoir reçu une lettre « magnifique » et « très chaleureuse » de Kim Jong-un, ajoutant qu'il continuait à faire confiance au Nord-Coréen, malgré l'absence de progrès tangibles sur la dénucléarisation.

Kim Jong-un vient tout juste de recevoir en visite d'État le président chinois Xi Jinping. Pékin, tout en appliquant les sanctions internationales, reste le seul allié important de Pyongyang. À cette occasion, Xi Jinping a assuré à son hôte qu'il se félicitait « des efforts » de la Corée du Nord pour « maintenir la paix et la stabilité dans la péninsule coréenne et promouvoir sa dénucléarisation ».

« La Chine détient la clé de ce que la Corée du Nord désire plus que tout : des garanties de sécurité et le développement économique », a expliqué Koh Yu-hwan, professeur à l'Université Dongguk à Séoul. « Après avoir obtenu de la Chine la promesse de son aide active dans ces deux domaines, Kim tend la main aux États-Unis », a-t-il estimé.

Deux personnes à l'avant-plan regardent un écran de télévision sur lequel on voit Xi Jinping et Kim Jong-un se serrer la main lors d'une rencontre diffusée à la télévision coréenne CCTV.

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un accueille le président chinois Xi Jinping à Pyongyang.

Photo : Getty Images / Jung Yeon-Je

M. Xi et M. Trump doivent se rencontrer à l'occasion du sommet du G20 au Japon à la fin du mois de juin. Les analystes pensent que le président chinois utilisera son voyage à Pyongyang pour montrer à son homologue américain l'étendue de son influence sur M. Kim.

La tension entre la Corée du Nord et le reste du monde s'est considérablement réduite l'an dernier. Elle avait atteint des sommets au cours des années précédentes à la suite des essais nucléaires et des tirs de missiles effectués par le régime de Pyongyang.

La détente avait été symbolisée en 2018 par un sommet historique à Singapour entre MM. Kim et Trump.

Kim Jong-un serre la main à Donald Trump.

Kim Jong-un et Donald Trump après la cérémonie de signature à la fin de leur sommet, à l'hôtel Capella sur l'île de Sentosa, à Singapour, le 12 juin 2018

Photo : Getty Images / AFP/Anthony Wallace

Mais un deuxième sommet Trump-Kim en février à Hanoï n'a rien donné. Washington exige qu'une dénucléarisation nord-coréenne intervienne avant la levée des sanctions internationales, ce que Pyongyang refuse. En mai, la Corée du Nord a fait monter d'un cran la tension en effectuant des tirs de missiles à courte portée pour la première fois depuis novembre 2017.

Le professeur Yang Moo-jin, de l'Université des études nord-coréennes à Séoul, a jugé « très significatif » ce nouvel échange de lettres entre les deux dirigeants.

« La diplomatie par courrier montre qu'ils communiquent même s'il y a une pause dans les négociations », a dit M. Yang.

Les deux dirigeants ont déjà échangé des missives à plusieurs reprises. Ainsi, moins d'un mois avant le sommet de Singapour, Donald Trump avait écrit à Kim Jong-un pour annuler le sommet, puis avait confirmé la tenue de l'événement après avoir reçu à la Maison-Blanche le bras droit du dirigeant nord-coréen, le général Kim Yong-Chol, porteur d'une missive personnelle de celui-ci.

Et en septembre 2018, Washington avait annoncé que M. Trump avait reçu une lettre « très chaleureuse » et « très positive » de M. Kim, dans laquelle ce dernier disait souhaiter « une nouvelle rencontre » avec le président américain.

Politique internationale

International