•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un groupe d'extrême droite accueilli par des manifestants à Halifax

Stephen J. Garvey tenant une affiche.

Stephen J. Garvey, fondateur de l'Alliance nationale des citoyens, lors d'une manifestation à Red Deer en Alberta en 2017.

Photo : CBC

Frederic Wolf

Une poignée de membres d’un groupe d’extrême droite ont été accueillis par plus d’une centaine de contre-manifestants, samedi à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

L'Alliance nationale des citoyens, ou National Citizens Alliance (NCA), un groupe qui avait déjà fait des remous en Nouvelle-Écosse l’année dernière, détenait un permis pour se rassembler à Grand Parade, la place publique située devant l’hôtel de ville d’Halifax.

Environ 150 personnes opposées aux idéologies de la NCA attendaient à Grand Parade les sympathisants du groupe d’extrême droite, selon les organisateurs de la contremanifestation. Ce sont quatre membres de la NCA qui se sont présentés vers midi, selon la Police régionale d'Halifax.

Flanqué de quelques membres du service policier d’Halifax, Stephen J. Garvey, le fondateur et chef du parti, a pris la parole publiquement sous un concert de casseroles et de klaxons, et de slogans tel « NCA, go away » (« NCA, allez-vous-en », en français).

À Grand Parade, les policiers ont procédé à l’arrestation d’un manifestant qui s’est emparé de la casquette rouge de Stephen Garvey pour la lancer au loin. L’homme n’a pas résisté à son arrestation.

Les deux groupes se sont retrouvés face à face une deuxième fois en après-midi, lorsque vers 14 h 15, les quelques membres et sympathisants de la National Citizens Alliance sont revenus à Grand Parade avec des affiches et des haut-parleurs. Des contre-manifestants les ont rejoints.

Lors de ce second face à face, la police dit a arrêté un homme de 28 ans pour avoir présumément endommagé une affiche. Du poivre de cayenne a été utilisé par un agent de police durant l’arrestation. L’homme fait face à des accusations d’attroupement illégal, de dommages à la propriété et de vol de moins de 5000 $.

Des membres d'un groupe ultranationaliste du Nouveau-Brunswick, qui compte quelques adhérents en Nouvelle-Écosse, ont également été remarqués sur les lieux. Une vidéo montre l'un d'entre eux pointant ce qu'il dit être une bonbonne de poivre de cayenne en direction de manifestants. Ce qui a provoqué l'accrochage n'est pas clair sur la séquence.

Halifax Against Hate, un groupe local de surveillance des mouvements fascistes et d'extrême droite, avait par l'entremise des médias sociaux appelé le public à manifester contre la venue de ce groupe en Nouvelle-Écosse, et estimait dimanche que la contremanifestation avait été un succès retentissant contre ce qu'ils estiment être un groupe islamophobe et suprémaciste.

Le groupe avait visité la Nouvelle-Écosse en 2018

La National Citizens Alliance of Canada, basé à Calgary, est devenu un parti politique enregistré en janvier dernier.

Des sympathisants du groupe avaient fait la manchette en mai 2018 lorsqu’ils avaient défilé dans la vallée d’Annapolis en Nouvelle-Écosse durant le Festival de la fleur de pommier de Kentville.

Le festival avait présenté des excuses pour ce qu’il avait qualifié de « propagation » d’un « discours haineux » à un événement qui se veut familial.

En août 2018, cinq individus membres de la NCA s’étaient donné rendez-vous à Halifax près du terminal de traversier de Dartmouth pour un rassemblement baptisé « Canada First Rally » (« Le Canada d’abord »), mais les contre-manifestants leur avaient été là aussi supérieurs en nombre.

Le groupe d’extrême droite prévoit un rassemblement à Truro jeudi. Le quotidien Truro Daily rapporte que des gens de la communauté ont prévu une « foire de l'inclusion » avec des musiciens et des artistes locaux le même soir et sur la même place publique où ce rassemblement est prévu.

Le groupe comptait tenir des assemblées publiques aux locaux de la Légion royale canadienne à Halifax, Truro et Sydney. Mais après avoir essuyé des critiques pour avoir loué des salles au groupe, la Légion a annulé leurs réservations à la fin mai.

Nouvelle-Écosse

Justice et faits divers