•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les pays d'Asie du Sud-Est s'unissent contre la pollution des océans

Les ministre des Affaires étrangères des pays de l'Asie du Sud-Est applaudissent ensemble sur une scène.

Les pays d'Asie du Sud-Est ont adopté le 22 juin 2019 la Déclaration de Bangkok sur la lutte contre la pollution maritime.

Photo : Associated Press / Gemunu Amarasinghe

Agence France-Presse

Les pays d'Asie du Sud-Est, qui comptent parmi les plus gros pollueurs de la planète, ont pris un engagement inédit contre la pollution des océans à l'issue du sommet de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE), à Bangkok, samedi.

À eux seuls, cinq pays d'Asie (Chine, Indonésie, Philippines, Vietnam et Thaïlande) sont responsables de plus de la moitié des huit millions de tonnes de plastique rejetées tous les ans dans les océans, selon un rapport de 2017 de l'ONG Ocean Conservancy.

L'ANASE, qui regroupe l'Indonésie, la Malaisie, Singapour, la Thaïlande, les Philippines, le Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge, est le cinquième bloc économique mondial derrière l'Union européenne, les États-Unis, la Chine et le Japon. Elle représente 9 % de la population mondiale, soit près de 650 millions d'habitants.

Une Déclaration de Bangkok sur la lutte contre la pollution maritime dans l'ANASE a été adoptée samedi soir.

Dans ce texte, les 10 pays de l'organisation s'engagent à « réduire de façon significative les débris marins » produits sur leurs territoires. Mais, comme souvent dans les documents de l'ANASE, aucune mesure concrète comme un système de pénalités contre les plus importants pollueurs n'est évoquée.

Scepticisme

Les militants écologistes, qui dénoncent depuis des années l'absence de politique de préservation de l'environnement, et notamment d'engagement des gouvernements de la région contre l'utilisation des sacs plastiques, sont sceptiques.

Si on ne réduit pas l'utilisation des plastiques à usage unique, cette Déclaration de Bangkok ne fonctionnera pas, a réagi Tara Buakamsri, de Greenpeace Thaïlande.

Le sommet de l'ANASE est organisé dans deux grands hôtels, dans une atmosphère climatisée glaciale, avec des rangées de bouteilles en plastique à la disposition des participants.

La Thaïlande en particulier est un mauvais élève en matière de lutte contre l'utilisation du plastique, avec un usage intensif de l'emballage plastique et de la distribution de sacs dans les commerces.

Des images de canaux embouteillés de déchets plastiques aux Philippines, de plages vietnamiennes recouvertes de déchets, de tortues mortes d'avoir avalé des sacs plastiques au large de la Thaïlande ont fait le tour du monde et alarmé l'opinion publique, sans mesures radicales des gouvernements asiatiques pour l'heure.

Environnement

International