•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'opposition soudanaise approuve le projet d'accord des médiateurs éthiopiens

Un manifestant masqué brandit deux pavés.

La contestation se poursuit à Khartoum, la capitale du Soudan.

Photo : Reuters / Umit Bektas

Reuters

La principale coalition de l'opposition soudanaise, FFC (Forces de la liberté et du changement, a déclaré samedi avoir reçu un projet d'accord des médiateurs éthiopiens et avoir donné son feu vert à l'ensemble des points définissant la structure gouvernementale à mettre en place pour une période de transition.

La proposition faite par l'Éthiopie, consultée par Reuters, suggère que le conseil souverain soit constitué de sept civils et de sept militaires, et qu'un siège supplémentaire soit attribué à une personnalité jugée impartiale.

Babikr Faisal, porte-parole de la coalition FFC, n'a pas donné de précisions sur la teneur du projet d'accord.

Les généraux, au pouvoir depuis la chute du président Omar El-Béchir le 11 avril, et la coalition d'opposition sont en conflit depuis des semaines sur la question de savoir si des civils ou si des militaires doivent contrôler le futur conseil souverain appelé à conduire le Soudan vers des élections.

La coalition d'opposition devait rencontrer un émissaire éthiopien samedi, mais la rencontre a été reportée, a dit le porte-parole des FFC.

Les pourparlers entre l'armée et les FFC ont été rompus lorsque les forces de sécurité ont lancé le 3 juin un assaut meurtrier contre un sit-in de protestation qui se tenait devant le siège du ministère de la Défense à Khartoum. Des dizaines de personnes ont péri dans cette opération.

Il n'y a pas eu de négociations directes depuis lors, mais le premier ministre éthiopien, Abiy Ahmed, et l'Union africaine s'emploient à jouer un rôle de médiation dans la crise politique soudanaise.

Politique internationale

International