•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Saint-Jean-Baptiste à La Broquerie : transmettre la francophonie

Depuis 1897, La Broquerie accueille la fête de la Saint-Jean-Baptiste.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Chloé Dioré de Périgny

Les célébrations de la Saint-Jean-Baptiste ont commencé samedi à La Broquerie. De nombreux francophones y voient l'occasion d'affirmer leur identité et de transmettre leur héritage culturel aux plus jeunes générations.

Près de 1500 personnes sont attendues ce week-end à la Broquerie, lieu phare de la célébration des Canadiens français.

Au programme des célébrations : défilé, spectacles de musique, tournoi de hockey sur balle, messe, feux d’artifice, etc.

Les occasions où on se retrouve entre amis en train de boire de la bière dans un endroit public où on entend de la musique en français sont très rares au Manitoba, mais ici c’est normal. Personne ne trouve ca bizarre parce que c’est la Saint-Jean-Baptiste, constate Roxanne Dupuis, présidente de la société de la Saint-Jean-Baptiste.

Pour cette mère de famille originaire de La Broquerie, la Saint-Jean-Baptiste est une tradition familiale. Depuis qu’elle y a de nouveau emménagé il y a 14 ans, elle y assiste tous les ans avec son conjoint et ses deux enfants.

Les deux garçons de 10 et 13 ans participent au tournoi de hockey de balle cette année, l’un comme arbitre et l’autre comme joueur. Leur mère se réjouit qu’à l’occasion de la Saint-Jean-Baptiste, ils prennent part aux festivités.

C’est plus une question d’engagement communautaire, parce que l’engagement pour la francophonie, ils l’ont déjà, alors je vais aller plus loin avec eux, dit Roxanne Dupuis.

Des personnes jouent au baseball.

De nombreuses activités sportives sont organisées à La Broquerie pour la fête de la Saint-Jean-Baptiste.

Photo : Radio-Canada / Justin Fraser

Je me suis toujours senti comme Astérix et Obélix, comme le gaulois qui résiste.

Richard Turenne, résident de La Broquerie

Richard Turenne participe lui aussi aux festivités depuis qu’il est tout petit. Désormais, il vient avec ses quatre enfants pour leur transmettre cette tradition. Ses trois garçons ont par ailleurs déjà été le Saint-Jean-Baptise du défilé.

Un événement rassembleur

On a toujours eu cette priorité de préserver la francophonie, mais l'élément primaire c’est tout de même de rassembler les membres de notre communauté et de se réunir en français, dit Richard Turenne.

Pendant ces deux jours, la municipalité rurale vit sous les couleurs de la fête de la Saint-Jean. Ça se vit encore en français à la Broquerie, et on invite tout le monde à venir voir à quoi ça ressemble !, lance Richard Turenne.

Si ce sont surtout les résidents de la municipalité rurale qui participent aux festivités, de nombreux francophones de communautés avoisinantes viennent eux aussi.

On n’est pas les seuls à vouloir vivre la francophonie avec nos familles. Je pense qu'il y en a de plus en plus qui recherchent ce genre d'événements, souligne Roxanne Dupuis.

Manitoba

Francophonie