•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « Ford Fest » s’entame dans la controverse

Le premier ministre répond aux questions des journalistes et devant des membres de son cabinet.

Le premier ministre Doug Ford a accepté vendredi la démission de son chef de cabinet.

Photo : Radio-Canada

Philippe de Montigny

Des milliers de partisans se réunissent à Markham, au nord de Toronto, dans le cadre d’un barbecue organisé par le Parti progressiste-conservateur de l’Ontario, au lendemain de la démission du chef de cabinet de Doug Ford.

Une nouvelle controverse vient toutefois teinter les festivités : le départ soudain du bras droit du premier ministre, Dean French, vendredi, dans la foulée d’allégations de népotisme.

Certains au sein du caucus conservateur ont confié à Radio-Canada qu’ils se sentent soulagés de voir le chef de cabinet démissionner.

Il semblerait que M. French avait une très grande mainmise sur la direction politique du parti et qu’il s'attendait à ce que les membres du caucus respectent très fortement la ligne de parti. Plusieurs membres du caucus et du cabinet s'étaient sentis plus ou moins muselés.

Stéphanie Chouinard, politologue

Un événement plus contrôlé

Ce rassemblement annuel des partisans de la « Ford Nation », qui comprend de la nourriture et des spectacles gratuits, se tient traditionnellement à la maison de la famille Ford à Etobicoke.

Le dernier « Ford Fest » a eu lieu à Vaughan, en septembre, quelque mois après la victoire écrasante des conservateurs, qui étaient en pleine lune de miel.

Cette fois, l’événement survient dans un contexte bien différent.

Doug Ford est devenu très impopulaire dans les sondages depuis le dépôt en avril du premier budget conservateur, truffé de compressions.

Le premier ministre a été hué dans plusieurs grands événements publics récemment, incluant au défilé de la victoire des Raptors à Toronto, lundi.

Le « Ford Fest » est toujours gratuit, mais cette année, les participants ont dû s’inscrire pour obtenir des billets. Les organisateurs se réservent aussi le droit de refuser l’entrée à certaines personnes.

Politique provinciale

Politique