•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Intervention policière : un homme et une femme arrêtés dans le Plateau à Gatineau

Une femme menottée est escortée par deux policiers.

Un homme et une femme sont sortis menottés d'une résidence à la fin d'une opération policière de près de 14 heures dans le quartier du Plateau à Gatineau.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un homme et une femme qui étaient barricadés dans une maison du boulevard d'Europe, à Gatineau, dès 4 h 30 samedi matin, en sont sortis menottés vers 18 h 10.

Le Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) avait érigé un périmètre de sécurité et établi un poste de commandement. Depuis environ 10 h, l'équipe d'intervention tactique était venue en renfort.

La rue de Londres et le boulevard d'Europe étaient fermés à la circulation. Les habitations situées près du périmètre de sécurité ont été évacuées par mesure préventive.

Le SPVG aurait finalement forcé l'entrée de la résidence pour appréhender ses deux occupants.

Tout aurait commencé à la suite d'un vol qualifié survenu devant un dépanneur de la rue Fortier, dans le secteur de Hull, peu après 21 h 40 vendredi, a précisé l'inspecteur Steve Dessureault du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG).

Un homme lié à ce vol se serait par la suite enfermé dans sa maison. Les policiers indiquent que ce dernier n'a pas répondu lorsqu'ils ont tenté d'entrer en contact avec lui.

« J'en tremblais »

Dans le voisinage, l'opération policière a pris tout le monde de court.

Originaire de Moose Factory en Ontario, mais résidente de Chibougamau au Québec, Moira Echum a loué un logement pour la fin de semaine juste à côté de l'appartement où l'homme s'est barricadé.

À 6 h 30 ce matin, j'ai entendu les sirènes des policiers. Ils étaient stationnés à l'extérieur et je les ai entendus demander quelqu'un à sortir de l'appartement, mais personne n'est sorti, raconte Mme Echum.

Il y a quelques heures, les policiers ont frappé à notre porte et nous ont demandé d'évacuer avec les enfants. Je n'avais pas le droit de prendre mon véhicule ni rien d'autre, poursuit-elle.

C'est effrayant. J'en tremblais. J'ai mis mes enfants dans une autre pièce, parce qu'ils dormaient dans une pièce qui donne directement sur l'appartement.

Moira Echum, témoin de l'opération policière

Mme Echum attend avec impatience que la police l'autorise à reprendre son véhicule pour profiter de ses jours de vacances.

Nous sommes venus pour les célébrations entourant la Journée nationale des peuples autochtones. Nous devrions être à un pow-wow à l'heure qu'il est, regrette-t-elle.

René St-Amour, résident du quartier depuis six ans, est aussi inquiet. Il estime que ce genre de scène n'est pas habituelle pour le quartier.

En espérant que tout va se terminer sans effusion de sang, commente-t-il.

Avec les informations de Pascale Langlois

Ottawa-Gatineau

Circulation