•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau rapport sur le déclin rapide de plusieurs espèces d'oiseaux au Canada

Une hirondelle perchée sur un bout de bois avec le bec ouvert.

Les oiseaux insectivores aériens, comme les hirondelles ou les martinets, ont décliné de 59 %.

Photo : AFP / ROMEO GACAD

Radio-Canada

L'État des populations d'oiseaux du Canada a publié un nouveau rapport (Nouvelle fenêtre), cette semaine, sur la partie canadienne de l'Initiative de conservation des oiseaux de l'Amérique du Nord, qui révèle un déclin important de plusieurs espèces.

Les oiseaux qui ont été les plus durement touchés depuis 1970 sont ceux qui dépendent exclusivement des prairies indigènes pour leur reproduction et leur hivernage. Ces derniers ont connu une chute de 87 %.

Les oiseaux insectivores aériens, comme les hirondelles ou les martinets, ont décliné de 59 %.

Les oiseaux de rivage, qui migrent sur de grandes distances, ont connu une diminution de 55 %.

Une évaluation mondiale a aussi révélé que 55 des 58 oiseaux marins qui fréquentent les eaux canadiennes sont dans une situation préoccupante en matière de conservation et que 20 % d'entre eux sont des espèces menacées d'extinction.

Le Canada a perdu de 40 % à 60 % de ses effectifs d’oiseaux de rivage, d’oiseaux de prairie et d’insectivores aériens. Dans la dernière décennie, 80 % des espèces d’oiseaux nouvellement évaluées comme étant menacées ou en voie de disparition au Canada sont des insectivores aériens ou des oiseaux de prairie

Rapport 2019 de l'État des populations d'oiseaux du Canada

Les changements climatiques et la perte des habitats côtiers sont les principales raisons qui expliquent le déclin de certaines espèces d'oiseaux au Canada, selon le rapport.

En revanche, d'autres espèces se portent mieux. Les sauvagines sont en voie de rétablissement, avec une augmentation de leur population de 150 % depuis 1970, grâce à des investissements fructueux en conservation de ces animaux.

L’interdiction du pesticide DDT, la gestion active de la chasse, la protection et la restauration d’habitats importants sont parmi les mesures qui ont aidé certaines espèces de volatiles à augmenter leur population au cours du dernier siècle.

D'après les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Animaux