•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une pénurie de directeurs d’écoles

École primaire St-Noël-Chabanel

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Dès la prochaine rentrée scolaire, en août, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) devra pourvoir l'équivalent de 15 % de ses directions d'écoles, ce qui représente une cinquantaine de postes. Un nombre record de départ à la retraite a été enregistré vendredi, au dernier jour de l'année scolaire.

Maryse Maheu-Dion a vécu une journée chargée en émotions, vendredi. Celle qui est directrice de l'école Saint-Noël-Chabanel, dans le quartier Saint-Michel, a pris sa retraite après 42 ans de carrière dans le milieu de l'éducation. Elle était directrice d'école depuis 22 ans.

Elle a dirigé la plus grande école primaire de la CSDM. Saint-Noël-Chabanel compte plus de 1000 élèves et en accueillera jusqu'à 1600 d'ici quelques années.

C'est ma 10e année, alors je n'ai vécu que de la construction, soit de la démolition, de l'agrandissement. On a fait 33 nouvelles classes, une bibliothèque, un nouveau gymnase, une salle polyvalente, on a refait la cour, raconte-t-elle.

Assurer la direction d’une école, c'est aussi gérer des chantiers, explique Jean Pilon, directeur de l’école Christ-Roi, située dans l'arrondissement Ahuntsic-Cartierville.

On vit en cohabitation avec un chantier : des dérangements, on perd notre cour d'école, on doit aller dans le parc, on change les horaires, tout le monde doit s'adapter.

Jean Pilon, directeur de l'école Christ-Roi

Hélène Bourdages, de l’Association montréalaise des directions d’établissements scolaires (AMDES) estime que les gens sont un peu usés au travail.

Quand on ne peut pas avoir le personnel requis, ça suscite des insatisfactions, il faut recevoir les parents, les enseignants, les élèves, un travail qu’on aime profondément, mais qui est exigeant, explique Mme Bourdages.

M. Pilon explique que le changement réside dans « le niveau d’exigences ».

Il y a de de plus en plus d’élèves en difficulté, il y a des services qui sont autour, mais qui ne sont pas toujours à la hauteur de nos attentes, donc on en voudrait plus, constate M. Pilon.

Parallèlement à la croissance des besoins des élèves, le nombre d'élèves dans les écoles connaît une forte croissance. Par exemple, le nombre d'élèves à l'école Saint-Jean-de-la-Lande, dans l'arrondissement Rosemont–La Petite-Patrie, a doublé au cours des sept dernières années, passant de 300 à plus de 600.

Pour Stéphane Garneau, le directeur de cette école, la première chose, c'est la pénurie de tout le personnel, pas juste les enseignants, mais la plus grosse pénurie, c'est les enseignants.

En raison des départs à la retraite et de l'ajout de postes d'adjoints à la direction, la CSDM risque de perdre une centaine d'enseignants.

Un directeur qui s’en va éventuellement, ça va prendre un enseignant qui va prendre sa place, ce qui fait qu'on va enlever un enseignant quelque part, explique M. Garneau.

Mme Dion dit qu’elle sera disponible pour aider les nouveaux directeurs. Ils auront peut-être besoin d'accompagnement […] les gens qui seront à la retraite peut-être qu'on pourra donner un petit coup de main avec plaisir.

La CSDM n’est pas la seule touchée par le problème

La Fédération des commissions scolaires du Québec (FCSQ) a évoqué le problème de pénurie d'enseignants au cours des derniers mois. À la Commission scolaire de Laval (CSDL), par exemple, 721 enseignants sont éligibles à la retraite au cours des prochains jours.

En avril, 68 enseignants avaient déjà annoncé leur départ à la retraite le 30 juin, alors que la moyenne annuelle de départs à la retraite est d'environ 55 enseignants, indique le directeur général de la CSDL, Yves-Michel Volcy.

Pour faire face à ce phénomène, la CSDL approche des étudiants ou d’anciens employés pour pourvoir les postes.

De son côté, la CSDM reverra à la baisse les critères d'embauche des directeurs adjoints, c'est-à-dire qu'ils pourront accéder à ces postes dès lors qu'ils auront amorcé la préparation d'un diplôme d’études supérieures spécialisées en enseignement.

De plus, dès cet automne, la CSDM envisage d'embaucher des professionnels, comme des psychologues, des conseillers en orientation et des psychoéducateurs, à titre de directeurs adjoints. Ces postes étaient auparavant réservés aux enseignants.

Avec les informations d'Anne-Louise Despatie

Éducation

Société