•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alerte à la bombe à Saint-Jean : une « évangéliste » conspirationniste accusée

Photo des deux femmes.

Hepzibah Nanna, 29 ans, et Sharyn Richardson, 42 ans, font face à des accusations.

Photo : Facebook

Radio-Canada

Une femme qui se décrit comme une évangéliste américaine a été arrêtée avec son acolyte à Saint-Jean de Terre-Neuve, cette semaine, pour avoir publié une fausse alerte à la bombe et des déclarations diffamatoires sur Twitter.

Hepzibah Nanna, originaire de l'État du Maryland, se définit comme une revivaliste, évangéliste et copasteure sur sa page Facebook qui compte 90 000 abonnés. Elle diffuse régulièrement des vidéos d’église en ligne visionnées par quelques centaines de personnes.

Selon ses propres dires, ses deux passions sont sa prédication et sa résistance au président américain Donald Trump, ce qui comprend le partage de théories conspirationnistes non corroborées alléguant ses liens avec la traite de personnes. Ces deux thèmes occupent une place importante sur les différents sites web et comptes de médias sociaux liés à Mme Nanna.

La femme de 29 ans fait maintenant face à des accusations criminelles pour avoir véhiculé une fausse alerte à la bombe dans l'intention d'alarmer les autorités de l'aéroport international de Saint-Jean, aux côtés de Sharyn Richardson, 42 ans, du Texas.

Les deux Américaines sont également accusées d'avoir fait entrave au travail d'un policier et d'avoir publié des déclarations diffamatoires à propos de deux personnes.

Un porte-parole de la Force constabulaire royale de Terre-Neuve précise qu'une plainte avait été déposée le 14 juin au sujet de messages suspects et que les deux femmes ont été arrêtées dimanche.

Elles ont comparu devant un tribunal provincial lundi et devraient revenir en cour le 2 août.

Leur remise en liberté sous caution est assortie de plusieurs conditions. Elles devront notamment se rapporter à la police locale par téléphone sur une base hebdomadaire, en plus de se tenir à l'écart de l'aéroport de Saint-Jean, des réseaux sociaux et des deux personnes qu'elles auraient diffamées.

Même si les publications en question ont depuis été supprimées, Mme Nanna dit ne pas reculer d'un iota et n'entend pas cesser de publier ses vidéos en ligne.

Elle se dit absolument pas inquiète quant aux accusations qui pèsent contre elle, évoquant des contacts non spécifiés avec des dirigeants gouvernementaux.

Ses diverses pages en ligne colportent des affirmations infondées selon lesquelles elle aurait été la conseillère spirituelle de l'ex-président américain Barack Obama, entre autres.

Mme Nanna dit qu'elle se trouvait à Saint-Jean après avoir reçu un message selon lequel Dieu lui-même voulait qu'elle y voyage.

Mme Richardson l'accompagnait pour la protéger de ses prétendus ennemis, précise-t-elle.

Avec les informations de La Presse canadienne

Terre-Neuve-et-Labrador

Justice