•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

EXCLUSIF : Un pompier de Trois-Rivières porte plainte contre son syndicat

Deux camions de pompier et un troisième portant l'inscription « Unité de soutien » sont stationnés devant une caserne sur laquelle on voit clairement le logo de la Ville de Trois-Rivières.

La caserne numéro 5, dans le secteur de Saint-Louis-de-France, où travaille Dominic Alarie.

Photo : Radio-Canada

Maude Montembeault

Le pompier à temps partiel Dominic Alarie a déposé une plainte au Tribunal administratif du travail visant le Syndicat des pompiers et pompières du Québec, section Trois-Rivières.

Le pompier en poste à la caserne du secteur de Saint-Louis-de-France reproche au Syndicat de l’avoir mal représenté lors du renouvellement de la convention collective, spécifiquement pour les articles touchant le salaire des pompiers à temps partiel.

Le code du travail prévoit qu’« une association accréditée ne doit pas agir de mauvaise foi ou de manière arbitraire ou discriminatoire, ni faire preuve de négligence grave à l’endroit des salariés compris dans une unité de négociation qu’elle représente, peu importe qu’ils soient ses membres ou non. »

Bien que sa plainte soit signée au nom des pompiers à temps partiel de la Ville de Trois-Rivières, le Tribunal administratif du travail lui précise qu’il n’entendra que son cas personnel. Il est attendu devant le tribunal le 28 août.

Taux horaire inférieur pour les pompiers à temps partiel

Dominic Alarie affirme que les pompiers à temps partiel n’ont pas le même taux horaire que ceux à temps plein, même s’ils effectuent les mêmes tâches dans le même établissement. Selon lui, cette situation enfreint l’article 41.1 de la loi sur les normes du travail, une disposition pour les travailleurs à temps partiel.

Selon la convention collective, signée en mars 2017 et valide jusqu’au 31 décembre 2020, les pompiers à temps partiel gagnent 19,75 $ l’heure à l’embauche alors que ceux qui travaillent à temps plein reçoivent 20,27 $ l’heure.

Le président du syndicat des pompiers de la Ville, Jean Dionne, n’a pas voulu accorder d’entrevue à Radio-Canada. Toutefois, selon nos informations, les augmentations de salaire annuelles des pompiers à temps partiel sont plus élevées que celles des pompiers à temps plein afin d’en arriver à la parité en 2020.

En juin 2018, la Loi sur les normes du travail a fait l’objet d’une vaste refonte. Plusieurs aspects, dont ceux touchant aux disparités de traitement, sont entrés en vigueur le premier janvier 2019. Le taux de salaire ne peut être différent en raison du statut d’emploi, selon la loi. Monsieur Alarie a signé sa plainte quelques jours avant, soit le 19 décembre 2018.

Des conséquences financières pour la Ville?

Sans être directement visée, la Ville de Trois-Rivières est impliquée dans la cause à titre d’employeur. La Ville suit d'ailleurs l'affaire avec intérêt. Si Dominic Alarie obtient gain de cause et qu’il réclame que des sommes lui soient versées rétroactivement, ses confrères à temps partiel pourraient être tentés de l’imiter.

« Il est vraiment prématuré d’émettre de telles suppositions, explique Kim Bellerive, agente d’information à la Ville de Trois-Rivières. La question que le commissaire ou le juge a à débattre, c’est à savoir si le syndicat a bien ou non représenté son client. »

Dominic Alarie a décliné notre demande d’entrevue.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Mauricie et Centre du Québec

Système juridique