•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les cols blancs signent une entente de principe avec la Ville de Québec

Hôtel de ville de Québec

Hôtel de ville de Québec

Photo : Radio-Canada / Véronica Lê-Huu

Radio-Canada

Le blitz de négociations entamé en début de semaine a porté fruits. La Ville de Québec annonce qu'une entente de principe est intervenue vendredi en vue du renouvellement de la convention collective avec ses fonctionnaires.

Lundi, Radio-Canada rapportait qu'il s'agissait d'une question de temps avant que l'entente ne survienne. Le président des cols blancs, Réal Pleau, avait alors affirmé « qu'il ne manquait plus grand-chose pour en arriver à une entente. »

La Ville ne donne aucun détail sur l'entente de principe, sauf pour souligner que le contrat serait d'une durée de cinq ans comme le prévoit la loi qui encadre les négociations.

Les membres seront appelés à se prononcer le 4 juillet prochain.

Depuis trois semaines, l'administration Labeaume a réussi à s'entendre avec quatre de ses groupes d'employés, dont le tout dernier est l'Association des pompiers professionnels de la Ville de Québec. Les membres ont d'ailleurs commencé à se prononcer sur le contrat de travail. Le résultat sera connu mardi prochain.

Les policiers et les professionnels ont ratifié l'entente. Dans tous les cas, le processus s'est déroulé dans le calme.

Employés manuels

Parmi les grands groupes d'employés, seuls les cols bleus sont toujours en négociation avec la Ville de Québec. Dans leur cas, elles ont commencé plus tard, en décembre.

Le délai de 240 jours pour en arriver à une entente fixé par la loi n'est pas encore atteint.

Le président des employés manuels, Alain Bourassa, a confirmé à Radio-Canada plus tôt cette semaine, que des rencontres vont reprendre de façon plus intensive au courant du mois de juillet.

Québec

Politique municipale