•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Accusé de tentative de meurtre, Kevin Jamieson est remis en liberté

Un homme se prend en photo avec la caméra de son ordinateur, souriant.

Kevin Jamieson est accusé de tentative de meurtre sur sa mère.

Photo : Facebook/Kevin Jamieson

Radio-Canada

Accusé de tentative de meurtre, Kevin Jamieson a été libéré vendredi au palais de justice de Ville-Marie, à la suite de son enquête sur remise en liberté.

L'homme 37 ans de la Première Nation de Timiskaming est accusé d'avoir poignardé sa mère. Les événements se seraient déroulés le 27 mars dernier à Notre-Dame-du-Nord.

Le père, la mère et la sœur de l'accusé ont témoigné en faveur de la libération de Kevin Jamieson.

Ils ont raconté que l'accusé avait des problèmes de consommation de drogue et d'alcool, mais qu'ils seraient présents pour le soutenir et l'accompagner dans ses démarches de réhabilitation.

L'accusé, pour sa part, a nié avoir des problèmes de consommation. Il a soutenu ne pas avoir besoin de voir un docteur, mais qu'il allait le faire, puisque son avocat lui recommande.

Dans sa déposition, Kevin Jamieson prétend ne pas se souvenir des événements du 27 mars dernier, où il aurait assené des coups de couteau à sa mère et profané des menaces de mort.

La mère de l'accusé, Julianne Jamieson, a raconté que le comportement de son fils avait beaucoup changé au cours des six derniers mois. Il était froid, distant et perdu, a-t-elle dit au juge. Elle a souhaité qu'il sorte de prison pour obtenir de l'aide.

Preuve insuffisante

Dans sa décision, le juge Jacques Ladouceur affirme qu'il s'agit d'une accusation grave, mais que la preuve de la Couronne n'est pas suffisante pour garder l'accusé en détention.

Le juge a ajouté qu'il ne connaissait pas la nature des blessures de la victime et qu'il n'avait pas en main le rapport de l'hôpital où la victime a été accueillie après les événements du 27 mars dernier.

Il a donc autorisé la libération de Kevin Jamieson sous certaines conditions, dont une caution de 1000 $. L'accusé devra demeurer chez son père, est assujetti d'un couvre-feu, ne doit pas posséder d'armes à feu et ne doit pas consommer d'alcool et de drogue. Il doit également rencontrer un intervenant du centre de réadaptation en dépendance d'ici sept jours.

Abitibi–Témiscamingue

Crimes et délits