•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des potagers en façade de plus en plus populaires

Le reportage d'Hadi Hassin

Photo : Radio-Canada

Fanny Samson

Les jardiniers peuvent profiter du terrain à l’avant de leur maison afin de cultiver des légumes pour un premier été à Québec. Les potagers en façade pourraient bientôt faire partie du paysage de la capitale.

La Ville de Québec s'était d'abord montrée réticente à l'idée d'autoriser les potagers en façade sur son territoire. La Ville a finalement opté pour cette nouvelle façon de jardiner en février dernier.

Quand on a eu le go, comme quoi on peut faire des potagers de façade, on a sauté sur l'occasion d'étendre nos espaces jardins, souligne Caroline Gagnon, résidente de Québec.

Derrière ces potagers se cache une philosophie que Caroline Gagnon et son conjoint Martin souhaitent transmettre à leurs enfants.

C'est de savoir combien de temps ça prend, planter un légume, s'en occuper, le récolter. Tout le travail qu'il y a en arrière de ça, ajoute-t-elle.

De plus en plus populaires

Les potagers en façade se font encore discrets à Québec, mais ils pourraient bientôt se multiplier.

C'est lié à notre conscientisation au niveau environnemental, au fait qu'on prend conscience de toutes sortes d'enjeux au niveau de la protection des terres agricoles, au niveau de la protection de la biodiversité, affirme le directeur général des Urbainculteurs, Johann Girault.

Ça permet de sauver des ressources en eau. Au lieu d'arroser son gazon, on arrose un potager. Ça permet d'avoir des aliments à la fin.

Johann Girault, directeur général, Les Urbainculteurs

Les potagers en façade doivent respecter les dispositions du nouveau règlement municipal, qui stipule entre autres que le potager doit être à une distance de 50 cm d'un trottoir ou d'une bordure de rue.

Pour les terrains qui sont d'une superficie de moins de 100 mètres carrés, on peut utiliser en totalité la cour, sur les petits terrains comme à Limoilou ou dans les quartiers centraux, précise l’urbaniste à la Ville de Québec Alexandre Armstrong.

Québec

Jardinage