•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tireur de l'avenue Danforth était fasciné par la mort, mais son motif reste nébuleux

Un policier surveillant la scène.

Un policier surveillant la scène au lendemain de la fusillade mortelle du 22 juillet.

Photo : La Presse canadienne / Christopher Katsarov

Radio-Canada

L’homme qui a tué deux personnes et en a blessé 13 le 22 juillet dernier dans le quartier grec de Toronto avait de sérieux problèmes de santé mentale, mais le motif de son geste demeure inconnu.

Selon les dossiers consultés par les enquêteurs, les problèmes de santé mentale de Faisal Hussain ont été signalés pour la première fois par le Conseil scolaire public anglais de Toronto (TDSB) en octobre 1998.

« Une évaluation psychiatrique réalisée à la demande du TDSB le plaçait dans la partie supérieure de la gamme des déficiences intellectuelles », peut-on lire dans le rapport. Celui-ci relate également que Faisal Hussain nourrissait une fascination pour le meurtre, la violence et la mort, et qu’il avait aussi des idées suicidaires.

Long historique de problèmes de santé mentale

Au fil de son parcours scolaire, son comportement n’a cessé de susciter des inquiétudes. Faisal Hussain présentait un « risque de violence moyen à élevé », selon un test d’évaluation fait entre 2001 et 2010.

Des jambes d'un policier et des indices identifiés sur une scène de crime.

Un policier se tient près de la scène de crime sur l'avenue Danforth.

Photo : Reuters / Chris Helgren

En dehors du cadre scolaire, la police a signalé que Faisal Hussain avait reçu un diagnostic de trouble de la personnalité antisocial en 2010, puis avait suivi plusieurs traitements par la suite. Sa dernière rencontre avec un professionnel de la santé mentale remontait à mai 2014, et il avait arrêté tout traitement en novembre de la même année, indique le rapport de la police.

Aucun casier judiciaire

Faisal Hussain, 29 ans, n'avait pas de casier judiciaire. À trois reprises, entre mai 2010 et février 2014, la police l’a transporté à l’hôpital en vertu de la loi provinciale sur la santé mentale.

Le chef de la police de Toronto, Mark Saunders.

Le chef de la police de Toronto, Mark Saunders

Photo : Radio-Canada / Patrick Morrell

Le 20 juillet 2018, deux jours avant la fusillade de l’avenue Danforth, Faisal Hussain a été arrêté pour avoir tenté de voler de la crème glacée, précise le rapport, ajoutant qu’aucune accusation n'a été portée.

On ne saura jamais pourquoi il a commis son geste

Mark Saunders, chef des services de police de Toronto

Le rapport montre par ailleurs que la police n'a pu comprendre le motif du geste de Faisal Hussein en analysant son téléphone cellulaire, ses historiques de recherche ou encore son ordinateur. Il était donc impossible de prévoir son geste, a commenté le chef Saunders.

Ce dernier a ajouté que rien n'indique que Faisal Hussein ait par ailleurs tenté d'approcher des groupes violents.

Armes et drogues saisies

La police a cependant déclaré qu’elle avait saisi une boîte d'armes à feu vide, des chargeurs AK-47, chargés de balles, ainsi que des cartouches de munitions de divers calibres en vrac et dans des boîtes, un étui à fusil souple et un pontet.

Dans la chambre de Faisal Hussain, la police dit avoir également trouvé des drogues dures, notamment de l'héroïne, dans une quantité et dans des emballages qui suggèrent que les drogues n'étaient pas destinées à un usage personnel.

Le jour de la fusillade, l’analyse toxicologique du sang de Hussain n'a révélé aucune découverte significative, a déclaré Mark Saunders.

La police de Toronto a rendu public ce midi le rapport final de son enquête sur la fusillade de la rue Danforth pour aider les familles des victimes à tourner la page.

Nous avons pris la décision sans précédent de publier nos conclusions par compassion pour ces familles, et en reconnaissance des conséquences de cette attaque tragique et violente sur nos citoyens et notre communauté.

Mark Saunders, chef des services de police de Toronto

Rappel des faits

Le 22 juillet dernier, Faisal Hussain avait ouvert le feu sur des passants et des clients de restaurants en soirée le long de l'avenue Danforth, une artère populaire auprès des familles, notamment.

Julianna Kozis, 10 ans, et Reese Fallon, 18 ans, ont été tuées. Treize autres personnes ont été blessées.

Les photos des deux jeunes filles.

Les deux personnes tuées lors de la fusillade du dimanche 22 juillet : Julianna Kozis (à gauche) et Reese Fallon (à droite)

Photo : Police de Toronto/Facebook

Il s'était ensuite enlevé la vie en retournant son arme contre lui.

Au lendemain de la tragédie, les parents de Faisal Hussain avaient publié une déclaration décrivant le combat de leur fils contre la dépression et la psychose, tout en dénonçant ses actes.

Avec les informations de Jean-Philippe Nadeau

Toronto

Accidents et catastrophes