•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Près de 400 millions pour construire ou agrandir des écoles à Montréal

Le terrain du Grand Séminaire de Montréal.

Québec compte notamment investir 3,47 millions de dollars pour construire une école primaire sur le terrain du Grand Séminaire de Montréal.

Photo : Radio-Canada / Anne-Louise Despatie

Radio-Canada

Québec entend investir 382 millions de dollars pour remédier au manque d'espace dans son réseau d'écoles publiques à Montréal. En tout, 39 projets, qui vont de l'agrandissement d'établissements à la construction d'écoles, verront le jour.

L'annonce a été faite, vendredi, par la ministre responsable de la Métropole et de la région de Montréal, Chantal Rouleau. « C'est un montant historique pour Montréal, a dit la ministre. On souhaite que les travaux soient terminés d'ici deux ou trois ans. »

Il s'agit de la répartition, pour la métropole, des sommes annoncées plus tôt cette semaine par le ministre de l'Éducation, Jean-François Roberge, qui avait indiqué que Québec allait allouer 1,7 milliard de dollars pour les infrastructures scolaires à la grandeur de la province.

Chantal Rouleau affirme que le ministre Roberge et leur collègue des Affaires municipales, Andrée Laforest, sont en discussion depuis quelques semaines pour obtenir les terrains nécessaires à ces projets.

Les commissions scolaires de Montréal (CSDM), de la Pointe-de-l'Île et Marguerite-Bourgeoys bénéficient de ces projets.

Neuf projets sont pour la CSDM (investissement de près de 66 millions de dollars); 14 sont pour la Pointe-de-l'Île (investissement de 105 millions de dollars) et 16 sont pour Marguerite-Bourgeoys (investissement de 211 millions de dollars).

La ministre Rouleau soutient que les projets ont été sélectionnés en fonction de « critères très objectifs » établis par le ministère de l'Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) « en fonction des demandes des commissions scolaires ».

Mais, selon la présidente de la CSDM, Catherine Harel Bourdon, cette annonce ne répond ni aux besoins ni aux attentes de la CSDM : « Je suis sous le choc aujourd'hui », a-t-elle affirmé.

Ça fait trois ans qu'on mentionne que, si on ne double pas les investissements d'agrandissement et de construction, on va avoir un grave problème.

Catherine Harel Bourdon, présidente de la CSDM

Des écoles surpeuplées

La CSDM rassemble presque la moitié de toute la population scolaire de Montréal. Or, « sur les investissements de 380 millions, la CSDM a 17 % », dit-elle.

Mme Harel Bourdon s'étonne que cinq écoles n'aient pas été retenues par le ministère. Situées dans les quartiers de Tétreaultville, Saint-Michel, Villeray et Ahuntsic, ces écoles avaient été jugées prioritaires par la CSDM, en raison du manque d'espace.

La présidente de la CSDM cite notamment le cas de l'École Sainte-Lucie, dans Saint-Michel, qui est en cours de démolition. Les élèves et le personnel sont déplacés dans l'École Louis-Joseph-Papineau depuis quelques années. On sait déjà, dit Catherine Harel Bourdon, que l'école qui verra le jour ne sera pas assez grande.

Dans Tétreaultville, dans l'est de Montréal, il manque l'équivalent de deux écoles, dit-elle encore. Dans ce secteur, l'École Saint-Justin ne peut suffire à la demande créée par le projet résidentiel Faubourg Contrecoeur.

Griffintown aura son école

DSC07898

Griffintown, un quartier en croissance à Montréal, où de nombreux immeubles en copropriété sont en construction.

Photo : Radio-Canada / Martin Thibault

La présidente de la CSDM se réjouit néanmoins qu'une école primaire neuve soit prévue dans le secteur Griffintown, au coût de 2 millions de dollars. Mais elle rappelle au gouvernement que le terrain qui sera acheté pour cette école risque de coûter cher, dans ce secteur en pleine croissance immobilière.

Parmi les 39 projets qui seront financés, citons :

  • l'École primaire de la Fraternité, à Montréal-Nord, qui sera agrandie au coût de 15,5 millions de dollars;
  • le réaménagement du bâtiment excédentaire René-Guénette annexe, dans le même arrondissement, qui bénéficiera, lui, d'un investissement de près de 6 millions de dollars.

Dans ce dernier cas, Catherine Harel Bourdon a indiqué le 10 juin dernier que ce bâtiment excédentaire pourrait servir au déménagement de l'École de l'Étincelle, qui accueille 135 enfants atteints du trouble du spectre de l'autisme. L'École de l'Étincelle manque tellement d'espace que des membres de son personnel avaient dénoncé le fait que de jeunes autistes en crise soient isolés dans des placards, faute d'endroits plus appropriés pour les calmer.

Afin que certains des projets démarrent dès cet été, le MEES a consenti à planifier ces investissements sur plusieurs années pour la première fois de son histoire. Sept projets pour la région de Montréal recevront une première étape de financement équivalant à environ 10 % du coût total estimé pour les travaux. Les investissements subséquents seront prévus dans le Plan québécois des infrastructures.

La ministre Chantal Rouleau assure que le Lab-École servira d'exemple aux projets de construction à venir.

Avec les informations de Jean-Philippe Robillard

Grand Montréal

Politique provinciale