•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg paiera 18 000 $ pour son rapport sur ses inspecteurs municipaux du bâtiment

Une figure brouillée dans l'allée d'un magasin à grande surface.

Image tirée d'une vidéo qui aurait été captée lors d'une filature qui montrerait un inspecteur de la Ville de Winnipeg qui magasine durant ses heures de travail.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Ville de Winnipeg versera à un groupe inconnu 18 000 $ pour obtenir un exemplaire d'un rapport préparé par des enquêteurs privés qui ont suivi les inspecteurs du bâtiments de la Ville pendant plusieurs jours.

Les enquêteurs privés, embauchés par un groupe dont l'identité n'est pas connue, allèguent que des fonctionnaires du département des biens et de la planification ont réglé des affaires personnelles pendant les heures de travail, telles que le déneigement d'un stationnement privé et des achats dans un magasin à grande surface.

Aucune des allégations n’a été vérifiée de façon indépendante par CBC/Radia-Canada. Il est par exemple difficile de savoir si les employés travaillaient selon des horaires flexibles ou à temps partiel.

Ces allégations, largement relayées dans les médias, ont incité la Ville à ouvrir une enquête interne sur la fraude dans le département des biens et de la planification.

Un porte-parole a déclaré dans un communiqué que la Ville de Winnipeg consultait actuellement ses services juridiques pour savoir comment utiliser ce rapport et était dans le processus de rémunération d’un groupe privé.

« Il y avait un coût pour obtenir les documents et la Ville paiera environ 18 000 $ », a fait savoir la porte-parole, Kalen Qually.

« Bien qu'il s'agisse d'une situation unique, il n'est pas rare qu'une organisation compte sur des rapports ou des services externes pour contribuer à une enquête interne », ajoute-t-elle.

La conseillère municipale d'Ouest Weverley, Janice Lukes, a demandé au maire Brian Bowman lors de la séance du conseil municipal de jeudi, s'il savait si la Ville avait reçu le rapport. Il n'a pas répondu à sa question.

Plus tard, le maire a déclaré qu'il ne le savait pas, mais qu'il serait heureux si elle le recevait.

Dans un courriel envoyé au maire et au conseil municipal, jeudi soir, le responsable des services généraux de la Ville, Michael Jack, a déclaré que les avocats de la Ville avaient reçu les preuves et que les documents lui seront communiqués à l’occasion du dernier paiement, vendredi.

Le courriel, obtenu par CBC, indique que la Ville avait contacté un enquêteur privé, cherchant à obtenir des copies des documents afin de l'aider dans ses propres enquêtes, le lendemain du jour où les allégations ont été publiées dans les médias.

Selon le courriel, les clients de l'enquêteur privé ont d'abord refusé de publier les documents.

Après un va-et-vient comprenant une demande de paiement sans remise de la preuve, les clients sont revenus vers la Ville, il y a quelques jours, avec une proposition d’accord de paiement en échange d'information.

« Bien que ce soit une situation relativement unique, après des discussions internes, nous avons conclu que ce serait une dépense appropriée », a déclaré Michael Jack dans son courriel.

La Ville de Winnipeg s’attend à ce que son enquête interne dure plusieurs semaines.

Une fois terminée, elle doit informer le conseil municipal des résultats tant qu'ils n'enfreignent pas la vie privée des employés de la Ville.

Manitoba

Politique municipale