•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Île d’Orléans : l’enfouissement des câbles électriques n’aura pas lieu

D'imposants pylônes d'Hydro-Québec obscurcissent le paysage dans les environs de l'île d'Orléans.

D'imposants pylônes d'Hydro-Québec obscurcissent le paysage dans les environs de l'île d'Orléans.

Photo : Radio-Canada / Sebastien Vachon

Mathieu Dion

Radio-Canada a appris que l’enfouissement des câbles électriques de 735 kV qui traversent l’île d’Orléans coûterait bien trop cher, d'après une analyse préliminaire d’Hydro-Québec.

Le premier ministre François Legault avait évoqué cette idée lors de son discours d'ouverture de novembre comme compromis à la construction du 3e lien. Selon toutes vraisemblances, par la construction d'un accès aux abords de l'île, la gigantesque infrastructure aura des répercussions sur ce site considéré comme patrimonial.

« Et, loin de vouloir défigurer l'île d'Orléans, on peut même imaginer démanteler les pylônes d'Hydro-Québec qui défigurent le paysage et faire passer les câbles électriques par le troisième lien », avait déclaré M. Legault en Chambre.

Quelques mois plus tard, Hydro-Québec a levé le drapeau après avoir constaté que plus d’un milliard de dollars seraient nécessaires à la réalisation d’un tel projet. Plus encore, la ligne à haute tension a encore 40 années de vie utile devant elle et jamais l’enfouissement d’une ligne aussi puissante n’a été fait.

Au cabinet du premier ministre, on soutient qu’il ne s’agissait pas d’un « souhait . « Trop onéreux », « défi technique important », le projet tombe à l’eau. « Notre gouvernement, insiste-t-on, réitère sa volonté de préserver l’aspect patrimonial de l’île d’Orléans avec le projet de 3e lien. »

Une source indique que l’idée avait fuité dans les médias quelques jours avant le discours, avant d’avoir passé tous les filtres des conseillers. Elle serait ainsi demeurée dans l’allocution du premier ministre.

Un « mince avantage » disparu

Ces récents développements concernant le 3e lien déçoivent à Québec solidaire. « Il n'y a pas d'avantages pour les citoyens de l'île d'Orléans et cette nouvelle nous le confirme encore plus, déplore la députée de Taschereau Catherine Dorion. Le mince avantage qu'on pouvait voir est disparu.  »

Luttons pour ne pas qu'il y ait encore plus de destruction du paysage.

Catherine Dorion, députée solidaire de Taschereau

La formation politique s'oppose vertement au projet du gouvernement caquiste. Aux dires de Mme Dorion, « si l'idée est de laisser l'île d'Orléans belle, la première chose à faire est de ne pas construire de 3e lien ».

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique