•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Canada interdit à des pétroliers d’accoster la côte nord de la Colombie-Britannique

Un pétrolier amarré au terminal de Burnaby, dans le Grand Vancouver.

Les pétroliers transportant plus de 12 500 tonnes métriques de pétrole ne pourront plus accoster le nord de la Colombie-Britannique.

Photo : La Presse canadienne / Jonathan Hayward

Mugoli Samba

Une nouvelle loi fédérale interdit aux pétroliers transportant plus de 12 500 tonnes métriques de pétrole d’accoster la côte nord de la Colombie-Britannique.

La côte nord, telle qu'elle est délimitée par la Loi sur le moratoire relatif aux pétroliers, s’étend de la pointe nord de l’île de Vancouver jusqu’à la frontière avec l’Alaska.

Le projet de loi a été adopté au Sénat en troisième lecture, le 13 juin, par 49 voix contre 46.

Rectificatif :

Une version précédente de ce texte indiquait que le projet de loi interdit l'accostage de pétroliers transportant plus de 125 000 tonnes métriques de pétrole. Il s'agit plutôt de 12 500 tonnes métriques.

Cette loi est entre autres soutenue par des communautés autochtones vivant le long des côtes nord et centre de la province et sur l’archipel de Haida Gwaii, ainsi que par des environnementalistes. Tous soutenaient que la loi protégerait la côte britanno-colombienne de déversements pétroliers.

La nouvelle loi a également fait l'objet de critiques de la part de l’industrie pétrolière, ainsi que de certaines communautés autochtones en Alberta, qui craignent qu'elle ne porte atteinte aux exportations de pétrole canadien.

Le gouvernement fédéral avait interdit la circulation de pétroliers de la pointe nord de l’île de Vancouver jusqu’à la frontière avec l’Alaska en 1972, mais aucune loi n’avait formalisé cette interdiction.

La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, a également accordé la sanction royale au projet de loi C-69, qui réorganise le processus fédéral d'évaluation environnementale pour les grands projets de construction.

En tout, une vingtaine de projets de loi doivent recevoir la sanction royale vendredi.

Une attaque directe contre l’Alberta

Le premier ministre de l’Alberta, Jason Kenney, se dit prêt à contester ces lois en cour.

Jason Kenney lors d'une conférence de presse.

Le premier ministre de l'Alberta, Jason Kenney

Photo : Radio-Canada

Il a qualifié la loi sur les pétroliers d'attaque directe contre l’Alberta et son industrie pétrolière en conférence de presse. Il espère que le Parti conservateur remportera les élections fédérales cet automne et qu’il annulera cette loi ainsi que celle sur l’évaluation environnementale des grands projets.

Selon M. Kenney, l’adoption de ces deux lois rapproche les Albertains d’un référendum sur la péréquation en 2021.

Il a d’ailleurs ouvertement critiqué les sénateurs albertains qui ont voté en faveur des deux lois et a suggéré une réforme du Sénat.

Un chapitre sombre pour la Saskatchewan

L’adoption des projets de loi C-69 et C-48 marque un chapitre sombre pour nos secteurs énergétiques et industriels, a déclaré le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, par communiqué vendredi.

Scott Moe, le premier ministre de la Saskatchewan, parle devant un microphone en portant un costume-cravate et des lunettes.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

Photo : Radio-Canada / Bryan Eneas

C’est très préoccupant pour notre gouvernement et pour tous ceux qui ont à coeur la prospérité économique de notre nation.

Scott Moe, premier ministre de la Saskatchewan

L’approbation du projet Trans Mountain, cette semaine, était une étape positive, mais les projets de loi C-69 et C-48 restreignent considérablement la possibilité que des projets industriels et de pipelines soient approuvés et bâtis à l'avenir.

Le premier ministre Moe a ajouté que les lois empêchent le Canada de surmonter des barrières critiques au transport de [ses] produits énergétiques vers des marchés internationaux et d’assurer la vente de ses produits à bon prix.

Avec des informations d'Audrey Neveu.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Colombie-Britannique et Yukon

Industrie pétrolière