•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La présidente du PQ cédera son poste à l'automne

Mme Lemieux derrière un lutrin.

Gabrielle Lemieux aura présidé le PQ pendant un peu plus de deux ans.

Photo : Radio-Canada / Sylvain Roy Rouselle

Jérôme Labbé

Le Parti québécois perd sa présidente, Gabrielle Lemieux. La politicienne de 33 ans a fait savoir vendredi qu'elle quittera son poste en novembre prochain, lors du congrès péquiste.

Mme Lemieux, qui assume la présidence du PQ depuis le départ de Raymond Archambault en août 2017, a confirmé son départ par voie de communiqué vendredi matin.

« J'ai décidé que mon mandat à la présidence du Parti québécois se terminerait en novembre prochain, lors du Congrès national extraordinaire », écrit-elle, évoquant son statut de bénévole et la difficulté de concilier à la fois ses obligations professionnelles, personnelles et militantes.

La présidente démissionnaire restera en poste encore quelques mois afin de mener à terme la démarche amorcée en mars dernier pour relancer le PQ.

« Cette démarche est une première, souligne-t-elle, puisque nous avons choisi de moderniser notre parti en profondeur et sans tabous, tout en reportant la course à la chefferie. »

Cette course à la direction vise à trouver un remplaçant à Jean-François Lisée, qui a démissionné le soir de sa défaite électorale, le 1er octobre dernier.

Mme Lemieux occupait depuis le poste de chef par intérim de la formation politique, alors que Pascal Bérubé dirigeait – et dirige toujours – l'aile parlementaire du PQ, relégué aux banquettes du troisième groupe d'opposition après le départ fracassant de la députée Catherine Fournier.

La présidente démissionnaire se dit pourtant convaincue que celui ou celle qui lui succédera « saura diriger l'implantation des changements [qui seront] votés au Congrès et organiser la course à la chefferie », rappelant que le « nouveau » Parti québécois « est porté par un conseil exécutif national compétent et dévoué », « une direction générale solide » ainsi qu'« un chef parlementaire et un caucus engagés et passionnés ».

Le caucus péquiste est actuellement composé de neuf élus. L'ex-députée d'Hochelaga-Maisonneuve Carole Poirier s'occupe quant à elle de la direction générale. Elle a remplacé Alain Lupien en février.

Politique provinciale

Politique