•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Journée mondiale du yoga sous le thème de l’action climatique

Une femme fait du yoga en pleine nature.

Le yoga invite ses adeptes « à prendre conscience de leur corps, de leurs choix, mais aussi du monde dans lequel ils vivent ».

Photo : Radio-Canada / Geneviève Milord

Geneviève Lasalle

L’Organisation des Nations unies a choisi le thème de « l’action climatique » pour sa 5e édition de la Journée internationale du yoga.

Cette discipline indienne, à la fois spirituelle et physique, invite ses adeptes à prendre conscience de leur corps, de leurs choix, mais aussi du monde dans lequel ils vivent, explique Érik Giasson, professeur de yoga à Montréal.

Une vingtaine de yogis à Kitsilano, à Vancouver.

« L'essence du yoga est l'équilibre, non seulement dans notre corps ou notre vie, mais également dans notre relation avec le monde. »

Photo : Radio-Canada / Geneviève Milord

Lors d'une cérémonie devant l'Assemblée générale des Nations unies, l'ambassadeur de l'Inde, Syed Akbaruddin, a affirmé qu'il s'agissait aussi d'un outil de promotion de modes de vie en harmonie avec la nature.

L'essence du yoga est l'équilibre, non seulement dans notre corps ou notre vie, mais également dans notre relation avec le monde.

Syed Akbaruddin, ambassadeur de l’Inde à l’ONU
Des yogis pratiquent dans le parc de Kitsilano, à Vancouver.

« Les yogis ont bien souvent rapport à la consommation plus responsable et plus éthique », dit la yogi Caroline Tarantini.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Milord

Forcément, on développe une vision plus subtile de ce qui nous entoure, dit Caroline Tarantini, une yogi qui habite Vancouver. Ceux et celles qui pratiquent le yoga ont bien souvent un rapport à la consommation plus responsable et plus éthique, selon elle.

On se tourne davantage vers les produits locaux, la consommation de viande diminue, on choisit une vie plus simple et naturelle.

Caroline Tarantini, adepte du yoga

Une industrie pas si verte

Pourtant, l’industrie du yoga est l’une de celles qui contribuent à la pollution planétaire, selon la fondatrice de Tofino Yoga, Dédé Monette. « Les tapis de yoga sont faits de plastique, les vêtements porté pour le yoga sont faits d'acrylique et de polyester », rappelle la professeure de yoga.

Je vous dirais qu'en général le yoga a quand même une empreinte écologique assez lourde.

Dédé Monette, fondatrice de Tofino Yoga

Elle s'est associée à une entreprise de surf pour faire recycler les combinaisons des surfeurs et les faire transformer en tapis de yoga. Toutes ses classes se passent à l’extérieur, à la plage, dans un jardin botanique ou même sur l'eau, par exemple.

Une yogi, sur une plage de Tofino, faisant une pose de yoga, devant des petits chalets.

La professeure de yoga Dédé Monette utilise des tapis faits de combinaisons de surf recyclées.

Photo : Melissa Renwick pour Tofino Yoga

Dédé Monette admet que ses yogis se déplacent souvent en voiture, voire en avion, mais elle met un point d'honneur à éveiller les consciences. « Au début de chaque classe, il y a toujours une petite introduction sur où est-ce qu'on est, pourquoi on fait les choses et comment on fait les choses. »

Changement climatique : une menace existentielle

Des yogis pratiquent à Kitsilano, à Vancouver.

« Nous avons un impact immense sur l’environnement, et l’environnement a un impact sur la qualité de notre vie », dit le yogi Erik Giasson.

Photo : Radio-Canada / Geneviève Milord

Les changements climatiques représentent une menace existentielle que les États et les organisations internationales ont du mal à résoudre de manière institutionnelle, dit M. Akbaruddin.

Un récent rapport de l’ONU dévoile que l'activité humaine menacerait jusqu'à 1 million d'espèces. L’an dernier, le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) indiquait que des transformations sans précédent étaient nécessaires pour limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C.

Il est important que chacun de nous, à sa manière, contribue à relever l'un des défis les plus importants auxquels nous faisons tous face.

Syed Akbaruddin, ambassadeur de l’Inde à l'ONU

Érik Giasson abonde en ce sens : « Nous avons un impact immense sur l’environnement, et l’environnement a un impact sur la qualité de notre vie et de la vie de nos enfants et de nos petits-enfants. »

Colombie-Britannique et Yukon

Art de vivre