•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Quel est le « son » de Vancouver?

Une main au-dessus d'une plaque tournante de vinyle.

Selon des membres de la scène musicale vancouvéroise, le « son » de Vancouver est très varié.

Photo : Radio-Canada

Mugoli Samba
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que Toronto se démarque sur la scène internationale par ses étoiles du hip-hop et du R'n'B et que Montréal se déclare capitale du heavy metal, nous nous sommes penchés sur la question : quel est le « son » de Vancouver?

Je ne sais pas vraiment s’il y a un son de Vancouver. Je dirais plutôt que c'est un amalgame de sons en harmonie, déclare Paisley Eva Nahanee, fondatrice de Dame Vinyl.

Paisley Eva Nahanee en gros plan.

Paisley Eva Nahanee est la fondatrice de Dame Vinyl, un regroupement de jeunes personnes s'identifiant comme filles et femmes qui organisent des fêtes en se servant de disques vinyle.

Photo : Radio-Canada

À travers son organisme, cette femme de 22 ans offre des cours de DJ vinyle à de jeunes femmes et filles à Vancouver issues de communautés autochtones, noires ou ayant d’autres origines culturelles.

Les dames de son groupe jouent tout genre de musiques lors de leurs fêtes : du post-punk féministe à de l’électronique et du R'n'B.

« Ça n’a jamais été comme ça à Vancouver. Je ne crois pas avoir vu une scène musicale si en santé, si florissante et si intéressante. »

— Une citation de  Paisley Eva Nahanee

Elle recommande d'écouter la DJ Softie Shan  (Nouvelle fenêtre) qui organise entre autres des fêtes hip-hop queer à Vancouver.

Un mélange électro-pop

L’auteur- compositeur-interprète Loig Morin, quant à lui, trouve que le son de Vancouver se penche plutôt vers la pop, le rock et la musique électronique.

Loig Morin, assis dans un studio d'enregistrement.

D'origine française, l'auteur-compositeur-interprète Loig Morin travaille à Vancouver depuis 2010.

Photo : Radio-Canada

On sent l’influence de l’océan, dit-il. On sent l’influence du sud des États-Unis, de la Californie et un petit peu du Mexique.

Écoutez une chanson du groupe I M U R, recommandé par Loig Morin (Source - YouTube) :

Si l’influence de la côte ouest nord-américaine se fait ressentir phoniquement, Loig Morin se désole du manque d’influence d’une des communautés ethnoculturelles les plus présentes à Vancouver.

À mon grand regret je trouve qu’il n’y a pas assez en tout cas dans la pop musique et l'électro, il y a une influence trop peu marquée au niveau de la musique asiatique, déplore Loig Morin.

C’est dommage parce que c’est vraiment ce mélange des cultures qu’il y a ici aussi à Vancouver.

Diversifier le son de Vancouver

Les styles musicaux que l’on promeut au Canada ne représentent pas la variété de notre démographique, explique Tarun Nayar, directeur artistique de la Célébration internationale du Bhangra de Vancouver et membre du groupe Delhi 2 Dublin.

« Le vrai son de Vancouver c’est le son des immigrants dans les communautés punjabi, chinoises, coréennes, je pense que ce sont les genres qui font vraiment un impact global. »

— Une citation de  Tarun Nayar
Tarun Nayar, assis dans son studio d'enregistrement.

Tarun Nayar est également membre du groupe électro-bhangra Delhi 2 Dublin.

Photo : Radio-Canada

Selon le dernier recensement de Statistique Canada, plus de 291 000 Vancouvérois viennent de pays de l’Asie du Sud et plus de 557 000 sont originaires de l’Asie de l’Est, soit plus de 43 % de la population du Grand Vancouver. Certains sont au Canada depuis plusieurs générations.

Mais Tarun Nayar dit que la musique issue de ces communautés n’est entendue que sur les ondes de stations de radio asiatiques.

Ces sons sont “overground” dans les communautés punjabi, mais “underground” dans la culture populaire canadienne.

« Équité, diversité et inclusion. Le gouvernement dit toujours ces mots, mais je ne vois pas une différence sur les ondes. »

— Une citation de  Tarun Nayar

Sa recommandation musicale est le réalisateur artistique Intense de la ville de Surrey, qu'il appelle une étoile cachée de la région de Vancouver. Selon Tarun Nayar, Intense est l'architecte de certaines des chansons les plus populaires de la musique Punjabi des deux dernières années.

Écoutez l'une des chansons réalisées par Intense (Source - YouTube) :

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !