•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’École Notre-Dame-du-Cap peut être rénovée, selon une firme d'ingénierie

L'École Notre-Dame-du-Cap, à Cap Saint-Georges.

L'École Notre-Dame-du-Cap, à Cap Saint-Georges.

Photo : Conseil scolaire francophone provincial de Terre-Neuve-et-Labrador

Radio-Canada

Une firme d'ingénierie engagée par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador juge que l'École Notre-Dame-du-Cap nécessite des rénovations évaluées à près de 300 000 $, et n’est pas une perte totale comme on le croyait.

Cette école francophone, située à Cap Saint-Georges, est fermée depuis mars pour des problèmes structurels.

En mars, un rapport commandé par le ministère provincial des Transports et des Travaux publics à une autre firme d'ingénierie avait conclu que l'édifice de l'École Notre-Dame-du-Cap s'enfonçait, et que ce mouvement semblait s'aggraver. Il suggérait d'éviter l'utilisation de l'édifice pour des raisons de sécurité.

La firme d’ingénierie Wood, après une évalutation du bâtiment en février, jugeait qu'il mettait en danger ses occupants.

Photos prises lors de l'évaluation structurelle de l'École Notre-Dame-du-Cap en février 2019.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Photos prises lors de l'évaluation structurelle de l'École Notre-Dame-du-Cap en février 2019.

Photo : Wood Environment and Infrastructure Solutions

Mais les résultats d'une nouvelle étude, effectuée en mai par Anderson Engineering, indiquent que le bâtiment n'est pas une perte totale.

La firme Anderson Engineering explique que le cadre structurel de l’édifice n'a pas été affecté par le mouvement du sol.

Elle recommande l'installation d'isolant extérieur et la construction de murs extérieurs en béton armé. Au total, le coût de ces rénovations s'élève à près de 300 000 $.

Depuis la fermeture de l'école, près de 40 élèves francophones occupent le sous-sol d'une école anglophone du secteur.

Le Conseil scolaire francophone provincial (CSFP) tiendra une consultation publique sur le rapport d'enquête structurelle lundi soir au Centre des Terre-Neuviens français, à Cap Saint-Georges.

Le directeur de l’École Notre-Dame-du-Cap, David Vigneault, ne cache pas sa surprise qu’il soit possible de rénover l’établissement. Il attend cette consultation publique pour en savoir plus et se prononcer sur la question.

Le gymnase de l'École Notre-Dame-du-Cap.

Le gymnase de l'École Notre-Dame-du-Cap.

Photo : Wood Environment and Infrastructure Solutions

La construction d’une nouvelle école, signale-t-il, demeure le désir clair de la communauté. Les conclusions des ingénieurs suscitent d’emblée beaucoup de questions et il croit que la communauté a hâte d’entendre les réponses.

Personne ne pensait réellement qu'on allait considérer l'option de rénover, vu l'état du bâtiment quand on en est sorti, et vu l'historique du bâtiment - le fait que ça fait 40 ans qu'il est là, qu'il devait être temporaire, qu'il n'aurait jamais dû y avoir de deuxième étage, explique M. Vigneault.

Malgré le manque d’espace et des conditions en général loin d’être idéales, le directeur se dit satisfait du déroulement des derniers mois de l’année scolaire dans le sous-sol de l’école anglophone. L'important pour nous, c'est que les élèves ne s'en rendent pas compte et ça, on a réussi, remarque-t-il.

Avec les informations de Patrick Butler et Marie Isabelle Rochon

Terre-Neuve-et-Labrador

Éducation