•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Restrictions des déchets : un casse-tête pour des familles gatinoises

Une mère qui donne le biberon à son enfant dans son salon.

Certaines familles avec de jeunes enfants n'arrivent pas à respecter les restrictions sur les déchets produits imposées par la Ville de Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Christian Milette

Radio-Canada

L'entrée en vigueur des nouvelles règles sur les ordures ménagères arrive à grands pas à Gatineau. Certains résidents se demandent comment ils arriveront à respecter les nouvelles quantités permises.

Geneviève Riberdy est mère de deux jeunes enfants. Ayant recours aux couches jetables, la nouvelle limite de 120 litres de déchets par semaine imposée par la Ville de Gatineau est un véritable casse-tête pour son conjoint et elle, et ce, malgré le fait qu'ils recyclent et compostent.

On produit énormément de poubelles pour les couches notamment, donc on remplit facilement 80 litres par semaine et ça, c'est juste en couches, constate Mme Riberdy.

Si [la Ville de Gatineau] veut attirer de jeunes familles dans la région, il ne faudrait pas qu'elle nuise à ces familles-là en leur imposant des tarifs qui vont spécifiquement les affecter.

Geneviève Riberdy, mère de deux jeunes enfants

La Municipalité est consciente qu'elle demande une certaine gymnastique aux familles plus nombreuses ou avec de jeunes enfants. C'est pourquoi une commission a été mise en place pour évaluer la situation et déterminer les accommodements potentiels pour les populations dites plus « vulnérables ».

On parle des familles nombreuses, notamment avec enfants qui ont des couches, des aidants naturels, toute la question des déchets biomédicaux, des gens qui ne peuvent pas réduire leur quantité de déchets produits, explique Maude Marquis-Bissonnette, présidente de la Commission sur le développement du territoire, l'habitation et l'environnement.

Comment régler le problème?

Une des solutions proposées serait de permettre l'achat de sacs supplémentaires à moindres coûts pour les familles qui répondent aux critères. Pour Nicolas Rioux, président de Développons Outaouais, cette demi-mesure ne serait qu'un prétexte pour surtaxer les citoyens.

On aimerait ça que ce soit davantage des politiques positives, et non coercitives. Le gros problème qu'on a en ce moment c'est que c'est discriminatoire envers les familles selon l'article 10 de la Charte québécoise des droits et libertés de la personne, justifie M. Rioux.

La solution pourrait être bien plus simple selon Mme Riberdy, qui souhaite qu'il y ait l'option d'une benne, comme on l'a fait pour le compost, qui serait familiale.

L'entrée en vigueur des nouvelles règles sur les ordures ménagères est prévue pour le 15 juillet.

La Commission sur le développement du territoire, l'habitation et l'environnement souhaite désormais reporter la mise en application du règlement municipal jusqu'au 15 septembre, le temps d'analyser toutes les possibilités.

Avec les informations de Christian Milette

Ottawa-Gatineau

Environnement