•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Alberta conteste la taxe carbone fédérale en cour

Une pompe à essence.

La taxe carbone fédérale devrait être imposée à l'Alberta à partir du 1er janvier 2020.

Photo : Radio-Canada

Tiphanie Roquette

Le gouvernement de l'Aberta conteste la constitutionnalité de la taxe carbone imposée par le gouvernement Trudeau en Cour d'appel.

Chaque province a le droit de décider comment réduire ses émissions de gaz à effet de serre, a dit le ministre de la Justice de l’Alberta, Doug Schweitzer, lors d’une conférence de presse.

Un homme en costume cravate parle au podium devant une rangée de drapeaux de l'Alberta et du Canada.

Le ministre de la Justice de l'Alberta, Doug Schweitzer

Photo : Radio-Canada

Il a ajouté que son gouvernement travaillait sur un plan de gestion des émissions incluant un régime d’innovation.

Les provinces sont capables de s’attaquer au changement climatique sans la main lourde du fédéral.

Doug Schweitzer, ministre de la Justice de l'Alberta

La semaine dernière, Ottawa a informé le gouvernement de Jason Kenney que la taxe carbone fédérale entrera en vigueur le 1er janvier en réponse à l’élimination de son équivalent provincial à la fin du mois de mai.

L’Alberta soutient qu’il s’agit d’une intrusion du fédéral dans les affaires provinciales. Selon le ministre de la Justice, cette imposition de la part du gouvernement libéral est un dangereux précédent qui déséquilibrerait la séparation des pouvoirs.

Nous devons agir maintenant avant qu’il ne soit trop tard, a affirmé M. Schweitzer.

La contestation devrait coûter 300 000 $, selon le ministre, et ne devrait pas être entendue avant octobre.

Coalition de provinces

L’Alberta n’est pas la première province à s’opposer à cette tarification fédérale de la pollution. La Cour d’appel de la Saskatchewan a déjà donné raison à Ottawa que cette loi n’est pas inconstitutionnelle.

Le ministre de la Justice, Doug Schweitzer, a cependant soutenu que l’Alberta devait présenter ses propres arguments et preuves. Il s’agit également d’une promesse de campagne du gouvernement conservateur albertain.

L’Ontario et le Manitoba ont également lancé leur propre contestation judiciaire. Le Nouveau-Brunswick était intervenant dans la contestation de la Saskatchewan.

Perte de temps

Le gouvernement fédéral a exprimé sa déception. « Au lieu de gaspiller l'argent des contribuables devant les tribunaux pour lutter contre l’action climatique, nous aurions espéré voir le premier ministre se joindre à nous pour s’attaquer aux changements climatiques », a répondu Sabrina Kim, l’attachée de presse de la ministre de l’Environnement.

Elle a aussi rappelé que l’Alberta savait à quoi s’attendre lorsque le gouvernement conservateur de Jason Kenney a choisi de faire de l’élimination de la taxe carbone son premier projet de loi.

« Jason Kenney suit les traces de Doug Ford et Andrew Scheer en combattant l'action climatique au lieu de s’attaquer aux changements climatiques. Il prend sa décision quelques mois à peine après que les scientifiques déclarent que le Canada se réchauffe deux fois plus vite que le reste du monde. Le temps d'agir est maintenant - nous ne pouvons pas nous permettre de retourner à l'époque de Stephen Harper, alors que c’était gratuit de polluer », a-t-elle ajouté.

Le député néo-démocrate Irfan Sabir a aussi exprimé son incrédulité face à ce recours judiciaire.

C’est fou d’apporter un recours similaire et d’attendre un résultat différent.

Irfan Sabir, député néo-démocrate de Calgary-McCall

Motivation politique

Le directeur des programmes à l’organisme Environmental Defence, Keith Brooks, évoque lui aussi une « perte de temps et d’argent ». « La politique motive les recours en Saskatchewan et en Ontario et c’est ce qui motive sûrement l’Alberta », estime-t-il.

L’organisme ne sait pas s’il interviendra dans la cause albertaine comme il l’a fait pour la Saskatchewan et l’Ontario.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Politique provinciale