•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les assistants vocaux pourraient détecter un arrêt cardiaque

Une main allume l'assistant personnel intelligent Echo, un appareil fabriqué par Amazon

L'enceinte connectée Echo, un appareil fabriqué par Amazon

Photo : Associated Press / Elaine Thompson

Radio-Canada

Des recherches américaines ont permi de mettre au point un système capable de détecter un arrêt cardiaque en écoutant la respiration des gens par le biais d’un assistant vocal. Une avancée qui pourrait permettre de sauver des vies en appelant rapidement les secours.

L’algorithme conçu par des scientifiques de l’Université de Washington (Nouvelle fenêtre) étudie les sons ambiants dans une pièce à la recherche de celui de la respiration agonique, le bruit caractéristique d'un halètement, souvent associé aux arrêts cardiaques.

Le système a été entraîné sur 82 heures d’enregistrements d’appels au 911 pendant lesquels des exemples réels de respiration agonique pouvaient être entendus.

L'équipe de scientifiques lui a ensuite fait entendre des extraits de sons de respiration normaux afin de réduire les chances qu’il les confonde avec la respiration agonique. Ces enregistrements provenaient de gens souffrant d’apnée du sommeil et de ronflements, ainsi que de personnes ordinaires.

D’après ce qu’ont indiqué les scientifiques du MIT Technology Review, l'algorithme arrive à reconnaître la respiration agonique 97 % du temps lorsque le microphone se trouve dans un rayon de 6 mètres de la personne.

Les ronflements, les respirations associées à l’apnée du sommeil et les sons ordinaires d’une personne en train de dormir sont confondus avec la respiration agonique dans seulement 0,2 % des cas.

À terme, l’invention de l’équipe de l’Université de Washington pourrait être branchée directement au 911 pour appeler rapidement les secours. La réanimation rapide d’une personne subissant un arrêt cardiaque est connue pour augmenter considérablement ses chances de survie.

D’après les scientifiques, il faudrait toutefois que leur système inclue une alarme de 15 à 30 secondes avant un appel d’urgence pour permettre aux utilisateurs et utilisatrices d’annuler l’appel en cas de faux positif.

La question du respect de la vie privée constitue aussi un défi pour ce genre d’invention, puisqu’un tel système doit constamment écouter les sons ambiants pour pouvoir fonctionner.

Les expériences ont été menées sur un iPhone et sur une enceinte connectée Echo d’Amazon.

Avec les informations de MIT Technology Review

Intelligence artificielle

Techno