•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • L'ouverture royale de la Voie maritime du Saint-Laurent

    Le yacht Britannia ouvre officiellement la Voie maritime du Saint-Laurent le 26 juin 1959

    Photo : Radio-Canada / André Le Coz

    Radio-Canada

    Il y a 60 ans, le Canada et les États-Unis inauguraient en grande pompe la Voie maritime du Saint-Laurent. Le Saint-Laurent devenait ainsi une véritable autoroute fluviale entre l'océan Atlantique et le cœur économique des deux pays. Nos archives reviennent sur la réalisation de ce projet d’envergure.

    Le 26 juin 1959, le yacht royal Britannia pénètre dans la Voie maritime du Saint-Laurent avec à son bord la reine Élisabeth II, le président américain Dwight D. Eisenhower et le premier ministre canadien John Diefenbaker. 

    Quelques mois plus tôt, le 25 avril 1959, le brise-glace d'Iberville avait amorcé le premier passage complet dans la voie maritime en traversant l'écluse de Saint-Lambert.

    Après cinq années de travaux et plus de 1 milliard de dollars de dépense, le chantier a été achevé au cours de l'hiver 1958-1959.

    Caméra 59, 28 juin 1959

    L’émission Caméra 59 du 28 juin 1959 revient sur l’inauguration officielle de la voie maritime en présence des chefs d’État.

    « Le 26 juin 1959 est désormais une date marquante dans l’histoire des communications du Canada et des liaisons intercontinentales et transocéaniques », déclare l’animateur Raymond Charrette en ouverture.

    Puis, le journaliste Wilfrid Lemoine décrit en détail le déroulement des cérémonies officielles et hautement protocolaires.

    Je vois dans l’achèvement des travaux de la canalisation du Saint-Laurent une signification qui dépasse les avantages économiques qui en découleront. Cette réalisation ouvre en premier lieu un nouveau chapitre de l’histoire de la Confédération.

    La reine Élisabeth II dans son discours en français aux écluses de Saint-Lambert

    La journée même, l’événement est aussi couvert dans une programmation spéciale qui s’échelonne sur plus de deux heures à la radio et à la télévision.

    De l’arrivée du président américain à l’aéroport militaire de Saint-Hubert jusqu’au passage du yacht royal sous l’arc de triomphe spécialement dressé aux abords de Saint-Lambert, les équipes de Radio-Canada suivent le parcours du cortège officiel.

    Une porte d’entrée en Amérique du Nord

    L’inauguration de la Voie maritime du Saint-Laurent suscite l’engouement, mais aussi une certaine inquiétude.

    Ce reportage à l’émission L’Actualité du 27 juillet 1958 en témoigne.

    L'actualité, 27 juillet 1958

    Un an avant l’inauguration de la voie maritime, on craint que la métropole québécoise ne soit désavantagée par la nouvelle donne portuaire.

    Ce sont précisément les nombreux chargements qui arrivent et partent du port qui ont permis à Montréal de devenir la métropole du Canada.

    Le narrateur André Hébert

    Des experts avancent que Toronto profiterait davantage de la voie maritime puisqu’une grande partie du commerce serait dorénavant acheminé vers les Grands Lacs.

    D’autres croient que cette réalisation d’envergure permettrait à Montréal de devenir un port aussi important que New York avec une augmentation du trafic maritime, de la taille des bateaux et du développement industriel.

    Mille lieues sur l'eau douce, 27 juin 1969

    Dix ans après la mise en service de la voie maritime, le journaliste Claude-Jean Devirieux en dresse le bilan dans un reportage intitulé Mille lieues sur l’eau douce.

    À bord d’un bateau de la Canada Steamship Lines qui fait la route des Grands Lacs jusqu’à Montréal, il raconte l’histoire tumultueuse de la Voie maritime du Saint-Laurent avant son inauguration.

    En 1969, la crainte que les bateaux ne passent tout droit et ne s’arrêtent pas à Montréal ne s’est pas concrétisée. La métropole québécoise demeure celle qui accueille les plus gros navires, auxquels s’ajoute dorénavant une flotte venue des Grands Lacs.

    Soixante ans plus tard, l’histoire de ce corridor fluvial se poursuit avec d’autres préoccupations et d’autres innovations susceptibles de bousculer le cours du commerce.

    Commentaires fermés

    L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

    Archives

    Économie