•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hausse de 74 % du vapotage en un an chez les jeunes Canadiens

Deux adolescentes vapotent.

Un jeune Canadien sur six utilise la cigarette électronique, selon une nouvelle étude de l'Université de Waterloo.

Photo : iStock

Radio-Canada

En un an, le nombre de jeunes Canadiens de 16 à 19 ans qui vapotent a augmenté de 74 %. La Société canadienne du cancer appelle donc les gouvernements provinciaux à augmenter l'âge légal pour utiliser la cigarette électronique à 21 ans.

Selon l'étude de l'Université de Waterloo, publiée dans le British Medical Journal, le taux de vapotage chez les jeunes âgés de 16 à 19 ans est passé de 8,4 % à 14,6 % entre les mois d'août et septembre 2017, et la même période en 2018.

L'analyste principal des politiques à la Société canadienne du cancer (SCC), Rob Cunningham, s'en inquiète grandement. Le risque, selon lui, c'est que la dépendance à la nicotine des produits de vapotage mène à la cigarette.

D'ailleurs, le nombre de jeunes qui fument la cigarette a également augmenté de 45 % au cours de la même période.

Gros plan sur une cigarette électronique utilisée par une jeune, en flou.

Selon la Société canadienne du cancer, l'utilisation de la cigarette électronique peut mener à la cigarette.

Photo : ICI Radio-Canada

Intervention des gouvernements

La Société canadienne du cancer demande aux provinces de limiter la vente de liquides à vapotage aromatisés aux boutiques spécialisées et d'augmenter l'âge légal à 21 ans, pour en limiter l'accès.

Si on est âgé de 16 ou 17 ans, c'est facile d'avoir un frère, une soeur ou un ami qui a 19 ans pour acheter la cigarette électronique, mais si c'est 21 [ans], c'est beaucoup plus difficile.

Rob Cunningham, analyste principale des politiques de la Société canadienne du cancer

La SCC demande aussi au gouvernement fédéral de limiter la publicité sur le vapotage, pour la rendre aussi peu visible que celle entourant le cannabis.

Pas dans la mire de la Colombie-Britannique

Aucune province canadienne n'a adopté ce changement. L'ancien ministre de la Santé de la Colombie-Britannique, Terry Lake, l'avait évoqué en 2017, mais le projet de loi n'a jamais été déposé, et il n'est pas dans la mire du gouvernement actuel.

Le ministre de la Santé, Adrian Dix, a indiqué que de nouvelles mesures ont été mises en place pour rendre quasiment impossible pour un jeune de commander des produits de vapotage en ligne.

Il veut également travailler avec des jeunes pour établir une stratégie menée par des jeunes pour décourager le vapotage.

Colombie-Britannique et Yukon

Santé publique