•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  • Archives
  • Maamuitaau, l’émission qui rassemble les communautés cries du Québec

    Tipi au coucher du soleil avec logo de l'émission Maamuitaau

    Maamuitaau, une émission en langue crie, est diffusée depuis 1982

    Photo : Radio-Canada

    Radio-Canada

    Pour souligner la Journée nationale des peuples autochtones, nous vous invitons à découvrir l'émission Maamuitaau diffusée sur les réseaux CBC Montreal et CBC North. À travers les archives de sa programmation, devenez les témoins privilégiés de l'univers autochtone, en particulier celui des Cris.

    « Maamuitaau » est une expression crie qui signifie « Rassemblons-nous ». Ce titre reflète bien l’esprit de l’émission qui unit, à travers les reportages, les communautés cries de la province.

    Le premier épisode est mis en ondes le 10 novembre 1982.

    Au départ, l’émission est télédiffusée par la Société Radio-Canada Nord-Québec et est transmise en cri.

    Aujourd’hui, Maamuitaau est présentée en langue crie et est sous-titrée en anglais. Les Autochtones du territoire d’Eeyou Istchee-Baie-James parlent pour la plupart cri, mais leur langue seconde est l’anglais.

    Eeyou Istchee signifie « Territoire traditionnel des Cris ».

    Raconter les enjeux qui touchent la vie des Cris

    De Waswanipi à Whapmagoostui, l’équipe de tournage sillonne le territoire d’Eeyou Istchee-Baie-James pour aller à la rencontre de ses habitants.

    Diane Icebound, assistante à la réalisation originaire de la communauté de Waswanipi, est la doyenne de la production de Maamuitaau. Elle y travaille depuis 26 ans et nous explique son fonctionnement :

    Nos bureaux sont situés dans la tour de Radio-Canada à Montréal, nous sommes cinq dans l’équipe : un réalisateur, une assistante, deux journalistes et un monteur. Lorsque l’un de nous part pour visiter les communautés, c’est souvent le journaliste, le caméraman et le réalisateur. Ils voyagent soit en avion, soit en auto.

    Diane Icebound, assistante à la réalisation

    Il faut dire que le village le plus proche se trouve à neuf heures de route de la métropole.

    Elle explique que le territoire cri est vaste. Chacune des 11 communautés possède ses propres histoires, particularités, fêtes et coutumes.

    Actuellement, neuf communautés cries font partie du traité de la Convention de la Baie-James et du Nord québécois. La dixième communauté, Washaw Sibi, est située près d’Amos et la onzième, Mocreebec, est situé sur la rive ontarienne de la baie James, mais leurs membres sont affiliés avec les autres communautés cries du terriroire Eeyou Istchee.

    Les sujets traités à l’émission sont déterminés de différentes façons :

    Parfois on téléphone dans les communautés pour savoir s’il y a du nouveau. Les idées nous viennent via les événements, les recherches, les médias sociaux.

    Diane Icebound

    L’émission d’affaires publiques couvre une grande variété de thèmes; la société, l’économie, la politique, la santé, l’environnement, les pratiques et les rites traditionnels, la chasse et les arts. Tout ce qui concerne la vie des communautés cries.

    SRC Nord-Québec et Service du Nord de Radio-Canada

    La SRC Nord-Québec a été fondée officiellement en 1960 pour la radio et en 1980 pour la télévision. Elle dessert dans leur langue les communautés cries de la Baie-James et inuites du Nouveau-Québec. La SRC Nord-Québec fait partie de la région du Service du Nord de Radio-Canada. Les autres centres de production de cette région sont situés à Whitehorse, Yellowknife, Inuvik, Rankin Inlet, Iqaluit et Kuujjuaq.

    Elijah Menarik, un pionnier des émissions en inuktitut et en cri

    C’est le présentateur Inuk Elijah Menarik, décédé en 1992, qui le premier ouvrit la porte à une programmation en langue crie. L’animateur, qui présentait une émission en inuktitut, ajouta un segment en langue crie à son émission, un langage qu’il maîtrisait bien pour avoir séjourné longtemps dans la communauté de Chisasibi.


    Nous avons choisi de vous présenter trois extraits d’émission puisés dans les archives de Maamuitaau.

    Observer une artiste crie à l’œuvre

    Maamuitaau, 5 janvier 1983

    Ce premier extrait est diffusé le 5 janvier 1983. Nous y voyons une des premières ouvertures de l’émission avec le logo des Services du Québec nordique de Radio-Canada sur fond bleu accompagné de caribous en avant-plan.

    Dans cet épisode, une artisane de la communauté de Waswanipi, Mary Saganash, confectionne des mocassins. Elle explique en langue crie comment elle traite la peau d’orignal, et les différentes techniques de perlage et de broderie. La journaliste qui s’entretient avec elle est Emma Saganash, sa fille.

    L’émission nous transporte ensuite à l’intérieur d’une boutique d’artisanat autochtone de Val-d’Or en Abitibi où nous pouvons voir les créations de plusieurs communautés.

    Marcher pour venir en aide aux Autochtones diabétiques

    Maamuitaau, 7 décembre 2014

    Ce second extrait nous présente l’ouverture actuelle de l’émission et son introduction avec l’animateur Pakesso Mukash qui s’adresse aux téléspectateurs en cri.

    Le 7 décembre 2014, Maamuitaau rediffuse un reportage sur Jimmy Gunner, un Autochtone déterminé à améliorer la vie des Cris aux prises avec le diabète. La première diffusion de cette émission a eu lieu en octobre 1999.

    L’homme est connu pour avoir entrepris une marche à travers la région d’Eeyou Istchee-Baie-James afin de sensibiliser les gouvernements à cette maladie qui touche de nombreux Autochtones.

    Par ses actions, il a réussi à obtenir des services d’hémodialyse à Chibougamau près du territoire cri. Avant cela, les habitants des communautés étaient contraints d’aller à Montréal ou à Val-d’Or pour recevoir leurs soins.

    La médecine sacrée d’un Anishinaabe de Pikogan

    Maamuitaau, 4 février 2018

    Le dernier extrait est tiré de l’émission du 4 février 2018, le reportage est consacré à Dominique Rankin, un Autochtone né dans la région de Matagami, issu d’une union entre une Crie et un Algonquin.

    L’homme exerce le métier de guérisseur. Un savoir qui lui a été transmis par ses parents et grands-parents.

    Auprès de son feu sacré dans la forêt il raconte en français son parcours vers la médecine traditionnelle. Le format original de l’émission (Nouvelle fenêtre) inclut les sous-titres en anglais et la traduction simultanée en cri.

    Les cérémonies sacrées l’ont libéré des traumatismes subis lors de son séjour dans les pensionnats autochtones.

    Je suis survivant du pensionnat. J’ai perdu beaucoup de chose, mais tout revient. Je crois en ce que le créateur me donne et je suis bien là-dedans. Je ne suis plus victime du pensionnat. […] Je suis libre aujourd’hui.

    Dominique Rankin

    « L’homme-médecine » nous parle de son ours, son animal spirituel, qu’il a piégé à l’âge de 12 ans. La peau et le crâne de la bête le protègent encore à présent et aident à la guérison de ceux qui viennent le visiter pour recevoir des soins.

    Tente de sudation, jeûne, feu sacré, encens de sauge, roue de médecine, sont des techniques médicinales qui permettent le retour à la santé mentale et physique chez les Premières nations.

    L’émission est diffusée les dimanches sur les ondes de CBC Montreal à 11 h 30 et sur les ondes de CBC North à 13 h 30. Il est également possible de visionner les épisodes des quatre dernières saisons de Maamuitaau sur le web (Nouvelle fenêtre).

    Archives

    Société